27/05/19
La Crise du politique
René Teboul

Crise du politique

Conférence-débat avec René Teboul

Le mouvement des gilets jaunes est considéré comme une crise du politique. Mais il n’en est qu’un aspect particulier. Cette crise du politique, même si elle prend un aspect aigu en France, est plus généralement la conséquence de la dérive des formes de la démocratie représentative. On peut la relier à la crise économique de 2008 dont les comptes n’ont pas été encore soldés. A l’ère de la mondialisation, on parle de post démocratie pour désigner ce système de gestion du politique qui finalement se passe des électeurs, qu’on appelle cela la gouvernance, la dictature des experts ou de Bruxelles, le résultat est le même et se traduit aussi bien par une méfiance de plus en plus grande vis-à-vis des politiciens de profession qu’une forme d’impuissance de la classe politique face aux dérives des marchés. C’est ce qui explique que l’abstention aux élections européennes soit aussi élevée, ou encore qu’un peu partout soit revendiqué l’avènement d’une forme de démocratie directe à inventer, mais clairement en opposition à la démocratie représentative. On remarque aussi que dans le même temps, les partis et les syndicats et les autres corps intermédiaires ne semblent plus jouer le rôle qui était le leur par le passé.

1ère parti

– d’une part nous tenterons de comprendre l’origine et l’ampleur de ce divorce, on verra qu’il a des racines lointaines, comme le fondement même du populisme qui apparait au-delà du clivage partisan gauche-droite. Ce dépassement d’une logique gauche-droite doit se lire comme un retour de la lutte des classes, et un épuisement des formes anciennes, comme les partis et les syndicats ;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.