Archives de catégorie : Langage

LeilaBoutora

Leila Boutora

Enseignante-chercheure en Sciences du Langage,

MCF section CNU 07

UMR 7039, Laboratoire Parole et Langage / Université d’Aix-Marseille

leila.boutora(at)univ-amu.fr

 

FORMATION ET ENSEIGNEMENT

RESPONSABLE DE FORMATION

Licence professionnelle, mention Intervention sociale, spécialité Travailleurs sociaux et soignants signeurs, parcours Intermédiateurs et parcours Culture, éducation et travail social (2013-2018, création)

Diplôme Universitaire (DU) Professionnels Signants (2013-2018, création)

Diplôme Inter-Universitaire (DIU) CNR 114 (Centre National Relais d’appels d’uregnce 114), co-piloté avec l’UGA et le CHU de Grenoble http://www.urgence114.fr/ (2013-2018, création)

Licence professionnelle, mention Intervention sociale, spécialité Intervenant Spécialisés dans le domaine de la surdité et DU Langue des signes (2009-2012)

Activités de direction et de coordination et activités pédagogiques :

  • Activités de direction et de coordination : Elaboration des maquettes en lien avec les référents pro pour les formations en création ; coordination de l’équipe pédagogique et des chargés de cours sourds et entendants ; référente handicap ; correspondante FC, VAE, VAP, OVE, DRH, Gestionnaire Missions ; Animation des Conseils de Perfectionnement (partenaires : AGEFIPH, ASIP, Education Nationale/INSHEA, AP-HM, CHU Toulouse-Purpan et CHU Grenoble).
  • Pédagogie innovante TICE / bilingue-bimodale : Equipe enseignante mixte sourds et entendants, signants ou avec interprètes –> public d’étudiants sourds uniquement ou groupes mixtes sourds et entendants selon les parcours de formation / La langue des signes française (LSF) et le français écrit sont les langues d’enseignement/d’évaluation et d’activités/productions des étudiants en présentiel et sur la plateforme numérique pédagogique Amétice (Moodle).

ENCADREMENT DE MEMOIRES

Projets tuteurés et rapports de stage de la LP T3S :

Les mémoires et rapports de stages sont réalisés dans les deux langues/modalités : français (écrit) et LSF (vidéo), dans une approche intégrant le français écrit comme langue seconde, et la langue des signes comme L1. Les mémoires portent sur le métier émergent d’intermédiateur et la communication triale ou plus entre un professionnel entendant (le plus souvent un soignant ou un travailleur social), une personne sourde (patient ou usager), un intermédiateur sourd (dont la fonction est de permettre une communication fluide et satisfaisante entre le professionnel entendant, signant ou non, et la personne sourde), et éventuellement un interprète en français-langue des signe française. Quelques exemples de thématiques traitées :

  • De l’émergence de la fonction au métier d’intermédiateur
  • Quel impact des différences culturelles et linguistiques sur la relation entre professionnel entendant et usager sourd ?
  • Réflexion sur la représentation et la définition de l’intermédiateur en tant que professionnel sourd : propositions d’évolution
  • La communication entre un médecin entendant non-signant et un patient sourd lors d’une consultation médicale : enquêtes sur les difficultés de communication
  • Un intermédiateur peut-il être entendant ou exclusivement sourd ?
  • Quel lien entre intermédiation et autonomie des personnes sourdes ?

Mémoires d’orthophonie

  • Etude préliminaire en vue d’un bilan du français écrit des personnes sourdes : une contribution du FLE/S et de l’orthophonie (Frédéric SCarfi et Natacha Torrenti, co-encadré avec S. Lazzarotto, 2013-15)
  • Caractérisation des spécificités morpho-lexicales et morpho-syntaxiques du français écrit des personnes sourdes (Fanny Miahle et Joy Tanneur, 2010-11)

Mémoire de Master Sciences du Langage, spécialité TAL

  • Recherches et développements dans le TAL appliqué à la Langue des Signes : extraction lexicale et grammaticale sur l’écrit des sourds (Elodie Mastoro, co-encadré avec N. Gala, 2010-2011)

ENSEIGNEMENT

Licence Sciences du langage

  • Domaine des Sciences du Langage : phonétique, phonologie, morphologie (étudiants d’orthophonie, SDL et d’options SHS), textes fondamentaux en linguistique générale
  • Méthodologie du travail universitaire en SHS
  • Socio-linguistique des langues des signes (LS), pratiques langagières e français écrit des personnes sourdes
  • Phonétique pour le DU et l’option de FLE

Master Sciences du langage

  • Corpus et annotation en LS
  • Phonologie des LS
  • Méthodologie de la recherche : commmunication orale et poster, encadrement des étudiants de Master et coordination de la journée des Master Thelitex

Licences professionnelles et DU Langue des signes

  • Langues et langage : norme et variation ; modalités vocale et gestuelle, orale et écrite ; contact de langues et de modalités
  • Description linguistique des LS
  • Méthodologie du mémoire écrit et présentation orale (LSF)
  • Méthodologie du rapport de stage et présentation orale (LSF)
  • Encadrement des projets tuteurés (mémoire)

Ecole d’orthophonie

  • Socio-linguistique et éducation de l’enfant sourd
  • Linguistique des langues vocales et des langues signées

ACTIVITE SCIENTIFIQUE

(en cours…)

Thèmes de recherche

Linguistique générale et sociolinguistique ; phonétique et phonologie ; linguistique des LS ; notation et annotation, TALS ; Variation, contact de langues et de modalités ; français écrit des personnes sourdes / FLE-S

 

PARTICIPATION A DES PROJETS DE RECHERCHE

  • ERC Gestimage : Gestures in nonhuman and human primates, a landmark of language in the brain? Searching for the origins of brain specialization for language, dir. Adrien MEGUERDITCHIAN / LPC, Marseille (2016-).

Ce projet explore la piste des origines gestuelles de la parole… Et si la communication gestuelle était centrale dans l’origine et l’organisation cérébrale du langage dominée par l’hémisphère gauche? Cette hypothèse gagne du terrain à la lumière des liens étroits mis en évidence non seulement entre les gestes et le langage dans l’espèce humaine (i.e. gestes accompagnant la parole, langues des signes, gestes préverbaux chez le jeune enfant) mais aussi entre les gestes de nos cousins les primates et certaines propriétés du langage. Dans une perspective phylogénétique à la croisée de l’éthologie, de la psychologie comparée et des neurosciences, le projet questionne les relations entre les gestes communicatifs, la latéralisation manuelle et celle du langage. Ces recherches porteront (1) sur le développement des gestes chez le babouin, de leur latéralisation et de la spécialisation hémisphérique (via IRM) depuis la naissance ; (2) sur les asymétries cérébrales fonctionnelles des gestes mesurées par imagerie optique (fNIRS) auprès de sujets entrainées; et (3) sur ses continuités/discontinuités avec l’organisation du système gestuel linguistique humain, notamment la langue des signes.

 

  • CHICHE ! / CLS (2014)

xxx

 

  • Textualité numérique en contexte de surdité (DGLFLF, 2012-13)

Un des objectifs du présent projet est de travailler sur les corpus déjà constitués ainsi que de récolter davantage de données pour conforter ou infirmer les tendances dégagées par nos premières analyses. Des entretiens sur les pratiques, les attitudes et les stratégies des scripteurs nous permettront de vérifier les hypothèses élaborées à partir des sms ‘bruts’ recueillis, de situer les écrits-sms par rapport aux activités littéraciques des sourds, et de mieux connaitre le réseau dans lequel interagissent les sourds. Un premier corpus de français écrit sourd élicité avec mise en situation d’urgence (FAX-ESSU) a été recueilli dans la perspective de proposer des solutions TAL et linguistiques aux agents du CNRAU dans le cadre de ces échanges écrits.

Porteur du projet Gudrun LEDEGEN, Université de Rennes 2 / avec Marion BLONDEL, Chargée de recherche SFL, Leila BOUTORA, MCF Aix-Marseille, Jean DAGRON, Responsable formation du CNRAU, Assistance publique – Hôpitaux de Marseille, Jeanne GONAC’H, Université de Rouen, Tristan VANRULLEN, Université d’Aix-Marseille

 

  • MARQSPAT (2010-12)

Le projet MarqSpat est une étude interdisciplinaire qui vise à mettre en évidence les stratégies linguistiques pour localiser et mettre en lien les référents du discours dans trois langues des signes (américaine, française, québécoise), dans les langues vocales environnantes et leurs gestualités coverbales. Cette étude a pour but de développer une méthode croisée d’analyse de la variation d’éléments de la structure de ces langues en comparant les trois langues des signes entre elles, les LS et les LV environnantes, et enfin la gestualité d’un sourd signeur vs la gestualité d’un entendant non signeur. Le projet associe des laboratoires français, québécois et américains dans le cadre d’un partenariat stratégique soutenu par le Conseil Franco-Québécois de Coopération Universitaire (CFQCU) et par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH). http://archive.sfl.cnrs.fr/-MarqSpat-Etude-du-marquage-spatial-.html

 

  • Projet exploratoire LS-SCRIPT RIAM-ANR (2005-2007)

LS-Script est un projet pluridisciplinaire regroupant des équipes des universités de Paris 8 (SFL, sciences du langage) et Toulouse 3 (IRIT-TCI, informatique) et du CNRS (LIMSI, informatique), une association de professionnels de la formation en langue des signes (IRIS, Toulouse) et un opérateur spécialisé dans la communication visuelle sur Internet (WebSourd, Toulouse). Dans le cadre d’une réflexion sur les conditions et enjeux d’une écriture de la langue des signes française (LSF), ce projet s’est donné trois objectifs étroitement corrélés : (i) l’étude des besoins, pratiques et attentes des élèves et enseignants sourds en matière de forme graphique pour la LSF, permettant de dégager les fonctions à assigner au formalisme projeté ; (ii) l’élaboration des bases linguistiques et sémiologiques d’un système graphique permettant l’écriture de la LSF ; (iii) la conception de formalismes et méthodes informatiques centrés sur ce système graphique pour l’aide à la lecture et à l’écriture.

 

ANIMATION SCIENTIFIQUE

Création et co-animation de l’Atelier DEGELS dans le cadre de la conférence TALN en 2011 et 2012 (avec Annelies Braffort)

Création et modération de la liste de diffusion Recherches-LSF depuis 2004 (avec Sandrine Schwartz)

xxx

 

CONSTITUTION DE CORPUS

DEGELS1 (2011)

xxx

Le corpus DEGELS1 est référencé sous l’identifiant OAI : oai:sldr.org:sldr000767 sur les plateformes d’Ortolang http://sldr.org/voir_depot.php?lang=fr&id=767&prefix=sldr et d’IRCOM http://ircom.huma-num.fr/site/description_projet.php?projet=degels1 .

 

FAX-ESSU (2011)

L’ouverture en 2011 du Centre National de Relais aux Appels d’Urgence pour les personnes sourdes et malentendantes (CNRAU, plateforme n° 114, CHU Grenoble) proposant des modalités de communication écrite (fax et sms) rend nécessaire l’étude des spécificités du français écrit par les personnes sourdes, plus particulièrement en situation d’urgence. Le corpus pilote FAX-ESSU est constitué de productions élicitées, écrites en français par des adultes sourds. L’élicitation de ces productions écrites consiste en un jeu de rôle présenté par une personne sourde en langue des signes française (LSF), comportant diverses situations critiques qui nécessitent un appel d’urgence, sur un temps limité à 30 secondes, après connaissance de la situation critique décrite en LSF par le modérateur sourd. Ce corpus a donné lieu à des analyses lexicales et morpho-syntaxiques qui ont permis d’élaborer une grille-test d’analyse en vue du recueil et de l’exploitation du corpus réel après la mise en service du CNRAU.  (Mémoires de TAL et orthophonie, article et communications 〈hal-01804890〉〈hal-01804915〉)

 

 

EDITION D’ACTES

Actes de l’atelier DEGELS 2012 : https://degels2012.limsi.fr/actes/degels2012_all.pdf

Actes de l’atelier DEGELS 2011 : https://degels2011.limsi.fr/actes/actes_degels2011.pdf

 

COMITES DE LECTURE

Sibylle Kriegel, Daniel Véronique. Contacts de langues et langues en contact. Travaux du CLAIX / Travaux – Cercle linguistique d’Aix-en-Provence vol. 24. Kriegel, Sibylle & Véronique, Daniel, Presses Universitaires de Provence. Aix-en-Provence, France. pp. 1-350, 2013 〈hal-01475491〉:  » Les contacts du français, du créole et de la LSF dans les écrits-sms ».

Actes de l’atelier DEGELS 2012, JEP-TALN-RECITAL, Grenoble

Actes de l’atelier DEGELS 2011, TALN, Montpellier

Lidil, n° 42/2010 : Multimodalité de la communication chez l’enfant. Revue De Linguistique Et De Didactique Des Langues.

xxx

 

COMITES DE SELECTION

Poste MCF CNU 07 – Université de Rouen / xx (2016) :

Poste MCF CNU 07 – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis / SFL (2014) :

Poste MCF CNU 07 – Université d’Aix-Marseille / LPL (2012) :

 

ACTIONS DE FORMATION ET DE VULGARISATION

Rencontres scientifiques enseignants-chercheurs (Académie d’AIx-Marseille / LPL)

Fête de la science, Village des sciences, stand LPL

Formation auprès d’enseignants de CLIS en primaire sur la linguistique des LS et l’enfant sourd (Académie d’Aix-Marseille)

 

FORMATIONS SUIVIES

MOOC Cavilam – Enseigner le français langue étrangère aujourd’hui (2018, 8 semaines)

Formations du CIPE / AMU

CORLI, Paris

Formation à la vidéo – CNRS Marseille (2012)

Ecole d’été Annotation, Biarritz (2011)

Ecole d’été Signal, Giens (2010)

Ecole d’été Phonétique, Cargèse (2006)

 


Chapitre d’ouvrage2 documents

  • Marion Blondel, Leila Boutora. Description linguistique de la Langue des Signes Française. Annelies Braffort. La Langue des Signes Française (LSF) : modélisations, ressources et applications, ISTE, pp.19-46, 2016. 〈halshs-01422732〉
  • Leila Boutora, Ivani Fusellier-Souza. La Langue des Signes Française, langue enseignée et langue d’enseignement : un état des lieux. Patrick Sauzet, François Pic. Politique linguistique et enseignement des Langues de France, L’Harmattan, pp.209-222, 2009. 〈hal-01802733〉

Direction d’ouvrage, Proceedings, Dossier2 documents

  • Annelies Braffort, Leila Boutora, Gilles Serasset. Atelier DEGELS 2012: Défi GEste Langue des Signes. ATALA/AFCP. JEP-TALN-RECITAL 2012, Jun 2012, Grenoble, France. 2012. 〈hal-01805084〉
  • Leila Boutora, Annelies Braffort. Atelier DEGELS 2011 : DEfi GEste Langue des Signes. Boutora, Leila et Braffort, Annelies. Traitement Automatique du Langage (TALN), France. ATALA, 2011. 〈hal-01803811〉

Article dans une revue1 document

  • Leila Boutora. Un inventaire des configurations manuelles pour une catégorisation des unités minimales en LSF. Silexicales , Villeneuve-d’Ascq : URA SILEX, 2007, 5, pp.17-30. 〈hal-01803181〉

Thèse1 document

  • Leila Boutora. Fondements historiques et implications théoriques d’une phonologie des langues des signes – Etude de la perception catégorielle des configurations manuelles en LSF et réflexion sur la transcription des langues des signes. Linguistique. Université Paris VIII Vincennes-Saint Denis, 2008. Français. 〈tel-00833507〉

Communication dans un congrès16 documents

  • Marion Blondel, Leila Boutora. Langue(s) des signes : la syllabe en mouvement. Syllabe et syllabation : théorie(s) et applications pédagogiques, Sep 2016, Poitiers, France. 〈halshs-01689279〉
  • Annelies Braffort, Leïla Boutora. DEGELS1: A comparable corpus of French Sign Language and co-speech gestures. ELRA. International Conference on Language Resources and Evaluation, Jan 2012, Istanbul, Turkey. 〈hal-01634104〉
  • Leila Boutora, Tristan Vanrullen, Jean Dagron. Echanges à l’écrit (entre appelants sourds et opérateurs) en contexte d’appels d’urgence : Communication dans le Panel Echanges en contexte de surdité ; tensions et ajustements entre langues et modalités – Marion Blondel et Jeanne Gonac’h. Colloque VALS-ASLA 2012 : Le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux pluriels d’aujourd’hui : un défi pour la linguistique appliquée, Feb 2012, Lausanne, Suisse. 〈http://valsasla2012.altervista.org/VALS_ASLA2012/FILES/2012/01/AB.PDF〉. 〈hal-01804915〉
  • Tristan Vanrullen, Leila Boutora, Jean Dagron. Enjeux méthodologiques, linguistiques et informatiques pour le traitement du français écrit des sourds. Actes de la conférence conjointe JEP-TALN-RECITAL, Jul 2012, Grenoble, France. ATALA/AFCP, TALN, 2, pp.559-566, 2012. 〈hal-01804890〉
  • Annelies Braffort, Leila Boutora. Défi d’annotation DEGELS2012 : la segmentation. JEP-TALN-RECITAL, Jun 2012, Grenoble, France. ATALA/AFCP, JEP-TALN-RECITAL, pp.1-8, 2012, 〈https://degels2012.limsi.fr〉. 〈hal-01803808〉
  • Leila Boutora, Annelies Braffort, Roxane Bertrand. Présentation et premiers résultats du défi d’annotation DEGELS2011 sur un corpus bilingue de français oral et de langue des signes française. Traitement Automatique des Langues Naturelles (TALN), Jun 2011, Montpellier, France. Traitement Automatique des Langues Naturelles (TALN), pp.3-11, 2011. 〈hal-01514695〉
  • Leila Boutora, Brigitte Meillon. Utilisation d’outils oculométriques dans le repérage d’indices visuels de la LSF en perception. Traitement Automatique des Langues Naturelles , Jul 2010, Montréal, Canada. Traitement Automatique des Langues Naturelles 23, 8 p., 2010, TALN. 〈hal-01803209〉
  • Marion Blondel, Leila Boutora, Fanny Limousin, Richard Meier, Anne-Marie Parisot, et al.. Inventaire et mesures du marquage spatial dans la grammaire des langues des signes. Colloque International sur les Langues des Signes, Nov 2009, Namur, Belgique. 〈hal-01803133〉
  • Marion Blondel, Leila Boutora, Anne-Marie Parisot, Suzanne Villeneuve. Étude exploratoire de marqueurs intonatifs en LSF et LSQ. Traitement Automatique des Langues Naturelles, Jun 2008, Avignon, France. 2008, TALN. 〈hal-01803190〉
  • Leila Boutora, Charalampos Karypidis. Are Handshapes Phonemic? Categorical vs. sensory perception in Signed Languages. First SignTyp Conference, Jun 2008, Connecticut, United States. 〈halshs-00675882〉
  • Leila Boutora, Charalampos Karypidis. How categorically do we perceive handshapes ? Evidence from French Sign Language. AFLiCo 2, « Typologie, Gestes, et Signes », May 2007, Lille, France. 2007. 〈hal-01805108〉
  • Marion Blondel, Leila Boutora. De la pertinence du  » schwa  » dans une langue des Signes. le schwa dans tous ses états, Jun 2007, nantes, France. pp.20-24, 2007. 〈hal-00607115〉
  • Leila Boutora. Une perception catégorielle des configurations manuelles de la LSF ? Définition et caractérisation des unités de l’inventaire des configurations. International Conference on Sign Language, Jun 2006, Lille, France. 〈hal-01803155〉
  • Leila Boutora. Vers un inventaire ordonné des configurations manuelles de la Langue des Signes Française. Journées d’Etude sur la Parole , Jun 2006, Dinard, France. 2006, JEP. 〈hal-01803283〉
  • Ivani Fusellier-Souza, Leila Boutora. Travail contrastif sur les moyens d’annotation de corpus de LSF (partition et SW) visant l’analyse linguistique du domaine référentiel. Travail contrastif sur les moyens d’annotation de corpus de LSF (partition et SW) visant l’analyse linguistique du domaine référentiel, Jun 2005, Dourdan, France. pp.1-5, 2005. 〈halshs-00187171〉
  • Leila Boutora, Ivani Fusellier-Souza. La Langue des Signes Française, langue enseignée et langue d’enseignement : oui, mais…. Politique linguistique et enseignement des Langues de France , May 2005, Toulouse, France. 〈hal-01803200〉

Rapport1 document

  • Leila Boutora. État de l’art sur les systèmes graphiques des langues des signes et expérience en production et en perception sur Sign Writing (SW) : Projet RIAM / ANR LS-Script. [Contrat] Université Paris 8 VINCENNES-SAINT-DENIS. 2005. 〈hal-01805133〉

Pré-publication, Document de travail

  • Leila Boutora. A la recherche des équivalences structurales entre langues vocales et langues des signes : le paradoxe du fonctionnalisme. 2018. 〈hal-01805169〉

 

Adrien Meguerditchian

 

Adrien Meguerditchian étudie les systèmes de communication de nos cousins les primates dans une approche comparative avec l’espèce humaine. Biologiste de formation, il a réalisé ses premières observations de groupes de babouins sous la direction de Jacques Vauclair, professeur en psychologie à l’Université Aix-Marseille. Sa thèse en poche fin 2009, une bourse Fyssen lui permet de poursuivre ses travaux en postdoc sur la piste des chimpanzés sauvages au Sénégal, grâce à l’anthropologue américaine Jill Pruetz. Il travaille aussi à Atlanta aux Etats-Unis dans le laboratoire du primatologue William D. Hopkins pour étudier la communication des chimpanzés et ses liens avec les structures cérébrales à partir d’images cérébrales IRM. Fin 2012, un financement lui permet de monter son groupe de recherche et d’intégrer le Laboratoire de Psychologie Cognitive à Marseille au sein de l’équipe « Cognition comparée » dirigée par Joël Fagot, d’abord sous contrat puis en tant que chargé de recherche CNRS en 2014.

03/04/18
Le langage politique
Les nouvelles expressions politiques – Virginie Tisserant – Sociologie

Le Langage politique

L’évolution du système des partis politiques en Europe au XXIème siècle :  » Les nouvelles expressions politiques  »

Comment décider au mieux de l’organisation et administration de la société de demain ? Comment diffuser et mobiliser en nombre pour agir au-delà des partis dits traditionnels qui semblent obsolètes ? La théorie des clivages (droite/gauche etc…) peut-elle être dépassée de manière effective au-delà du simple positionnement dans les discours ? Depuis plusieurs années, le slogan « faire de la politique autrement » apparaît comme le nouveau leitmotiv des mouvements, organisations qui se réclament de l’avant-garde politique, qui entrent pourtant en compétition, dans un rapport de forces, pour l’obtention du pouvoir ou pour l’infléchir. La désaffection pour les partis traditionnels entraîne non seulement la recomposition du système partisan mais également une profonde réflexion sur les nouvelles formes de mobilisation et d’expression politiques en vigueur. Comment définir la reconfiguration du système politique ? Peut-on agir hors du cadre institutionnel ? Quels sont en sont les moyens et limites ? La conférence abordera les nouvelles expressions démocratiques comme productions d’alternatives politiques qui optimisent l’éclatement et l’évolution du système politique. Notre propos est qu’il ne peut y avoir de transition démocratique sans reconfiguration du système partisan, reste à en appréhender les contours.

 

*Doctorante en Histoire : Les nouvelles expressions politiques dans l’espace méridional au XXIème siècle Laboratoire Telemme AMU-CNRS
Diplômée de Sciences Politiques, IEP Aix-en-Provence

27/03/18
Le langage politique
Virginie Tisserant – Sociologie

Le Langage politique

Le langage traduit à la fois qui nous sommes et ce vers quoi nous tendons : sa portée métaphysique projette trois dimensions : Moi, l’Autre et mon rapport au Monde.

Fonction de communication, il induit un rapport à l’Autre, il est symbole, projection, stratégie, art et manière comme la politique, qui est l’art et manière de gouverner. Le langage transcrit et la politique organise. Il revient alors de s’interroger sur son essence même dans l’espace du système politique. Des fonctions de la communication en temps de crise, à la légitimation du discours, en passant par sa représentation symbolique, le langage politique ne peut être détaché de la notion même d’idéologie et donc de la praxis. Quand le discours est cette manifestation concrète, reflet d’une idéologie, d’une utopie ou d’une classe sociale, l’expression langagière, dans le jeu politique et son espace, est métaphoriquement le sanctuaire et symbole d’une lutte de pouvoirs.

Le langage réinvente, projette et traduit les mutations de notre société dans une logique de conquête.

*Doctorante en Histoire : Les nouvelles expressions politiques dans l’espace méridional au XXIème siècle Laboratoire Telemme AMU-CNRS
Diplômée de Sciences Politiques, IEP Aix-en-Provence

A lire :
Propaganda 
Comment manipuler l'opinion en démocratie 
Edward BERNAYS 
https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/docs/bernays-propaganda.pdf

19/12/17
Pensée et langage
Bernard Lamizet*

La pensée critique depuis le dix-huitième siècle et le discours de Kant

Bernard LAMIZET

Pensée et langage

Il ne peut y avoir de pensée sans langage. Au-delà de la dimension culturelle et anthropologique de cette question, sans doute est-ce, d’ailleurs, là que s’inscrit la différence fondamentale entre les hommes et les animaux, la rupture qui institue l’identité humaine. C’est la raison pour laquelle il importe de réfléchir à la question de l’articulation entre pensée et langage.

Une dialectique entre pensée et langage

Sans doute est-il vain de chercher à savoir si c’est par le langage que la pensée peut s’engager ou s’il est nécessaire de penser pour parler : langage et pensée constituent les deux faces d’une même pratique sociale. C’est dans le langage que la pensée se met en œuvre et c’est sur la pensée que se fonde la signification du langage.

La signification

La signification, articulation entre le signifiant – manifestation formelle du langage et de la signification – et le signifié – interprétation du signifiant au cours des pratiques de la communication et de l’échange symbolique, représente la mise en œuvre de la relation entre pensée et langage.

La représentation

C’est la représentation qui constitue l’articulation entre pensée et langage en lui donnant la consistance d’un signe, qu’il s’agisse d’un signe de la langue ou d’un signe situé dans d’autres modes de représentation : image, musique, son, arts plastiques.

Pensée, langage, culture

Le langage et la pensée s’inscrivent dans des cultures, dans des médiations symboliques de la communication et de la représentation. Cela implique que pensée et langage soient toujours situés dans des systèmes sociaux, c’est-à-dire dans des systèmes politiques d’appartenance et de sociabilité. C’est pourquoi on sait, en particulier depuis Aristote qui l’a formulé le premier, que l’homme est un zôon politikon, un être vivant politique.

Pensée, langage, psychisme

Si pensée et langage sont les deux instances de la pratique symbolique du sujet, ils sont, l’un et l’autre, articulés à son psychisme : en donnant à la pensée la dimension symbolique d’une représentation, le langage exprime aussi le psychisme du sujet qui parle. On ne peut séparer la dimension intellectuelle et culturelle du langage de sa dimension psychique, qui exprime le désir qui fonde l’identité du sujet.

Impensé, indicible, refoulement, censure

Comme tout système culturel et politique, ce qui institue le langage et la pensée, c’est leur limite, qui se manifeste sous la forme de la censure, dans deux dimensions, une dimension singulière qui prend la forme du refoulement, forme psychique de l’interdit, et une dimension collective qui prend la forme de la censure, limite imposée à la représentation par la culture et par la loi.

*Bernard Lamizet est professeur émérite de Sciences de l’information et de la communication à l’Institut d’études politiques de Lyon.

Bibliographie – Pensée et langage

AUSTIN (J.L.) (1970), Quand dire, c’est faire, tr. par G. Lane, Paris, Seuil, 187 p., ind. (Coll. « L’ordre philosophique »).BARTHES (Roland) (1957), Mythologies, rééd. Paris, Seuil, 1970, 247 p. (Coll. « Points »)

CAUNE (Jean) (1997), Esthétique de la communication, Paris, P.U.F., 128 p., bibl. (Coll. « Que sais-je ? »).

CHARAUDEAU (Patrick) et al. (2005), Le discours politique, Paris, Vuibert, 256 p.

DIDIER-WEILL (Alain) (1995) Les trois temps de la loi, Paris, Seuil, 354 p. (Coll. « La couleur des idées »)

FLICHY (Patrice), Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée, Paris, La Découverte, 1991,289 p. , bibl., ind. (Coll. « La Découverte/Poche »).

FOUCAULT (Michel) (1966), les mots et les choses, Paris, Gallimard, 400 p. (« Bibliothèque des sciences humaines »).

FREUD (Sigmund) (2005), Cinq psychanalyses (1905-1918), tr. fr. par Marie Bonaparte et Rudolph M. Loewenstein (1954), Paris, P.U.F., 422 p. (« Bibliothèque de Psychanalyse »)

HABERMAS (Jürgen) (1978), L’espace public, tr. fr. de M. B. de Launay, Paris, Payot, 260 p., n., ind. bibl. (Coll. « Critique de la Politique »)

HOGGART (1970), La culture du pauvre, tr. fr. de F. et J.-C. Garcias et de J. C. Passeron, Paris, Éd. de Minuit, 401 p., bibl., ind. (Coll. « Le sens commun »)

LACAN (Jacques) (1949), Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je, telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique, in LACAN (1966), p. 93-100.

LACAN (Jacques) (1966), Écrits, Paris, Seuil, 924 p., bibl., ind. (Coll. « Le champ freudien »).

LACAN (Jacques) (1974), Télévision, Paris, Seuil, 74 p. (Coll. « Le champ freudien »).

LAMIZET (Bernard) (1992), Les lieux de la communication, Liège, Mardaga, 331 p., bibl., ind. (Coll. « Philosophie et langage »).

LAMIZET (Bernard) (1999) La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan, 447 p., bibl. (Coll. « Communication et civilisation »)

LAMIZET (Bernard) (2011), Le langage politique, Paris, Ellipses, 255 p., bibl.

LAMIZET (Bernard) (2016), Communication et médiation, Sarrbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 326 p., bibl..

LAPLANTINE (François) (1999), Je, nous et les autres, Paris, Le Pommier/Fayard, 148 p., bibl. (Coll. « Manifestes »)

LÉVI-STRAUSS (Claude) (2008), Œuvres, Paris, Gallimard, 2063 p., bibl., n. (Bibliothèque de la Pléiade).

MATTELART (Armand) (1986), Penser les médias, Paris, La Découverte, 263 p. (Coll. « Textes à l’appui »).

MILNER (Jean-Claude) (1978), L’Amour de la langue, Paris, Seuil, 137 p. (Coll. « Le champ freudien »)

ROUSSEAU (Jean-Jacques) (1966), Le Contrat social (1762), in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. 3, 1965 p. p. 347-470. (Bibliothèque de la Pléiade),

SAUSSURE (ferdinand de) (1973), Cours de Linguistique générale (1972), Éd. publiée par C. Bally et A. Sèchehaye, avec la collab. de A. Riedlinger, éd. critique préparée par T. de Mauro, Paris, Payot, 510 p., bibl, ind.

SCHREBER (Daniel Paul) (1975), Mémoires d’un névropathe (1903), tr. fr. par P. Duquenne et N. Sels, Paris, Seuil, 389 p. (Coll. « Le champ freudien »).

12/12/17
Pensée et langage
Bernard Lamizet*

Œdipe, l’inconscient, la loi et le langage

Pensée, langage, culture

Bernard LAMIZET

Pensée et langage

Il ne peut y avoir de pensée sans langage. Au-delà de la dimension culturelle et anthropologique de cette question, sans doute est-ce, d’ailleurs, là que s’inscrit la différence fondamentale entre les hommes et les animaux, la rupture qui institue l’identité humaine. C’est la raison pour laquelle il importe de réfléchir à la question de l’articulation entre pensée et langage.

Une dialectique entre pensée et langage

Sans doute est-il vain de chercher à savoir si c’est par le langage que la pensée peut s’engager ou s’il est nécessaire de penser pour parler : langage et pensée constituent les deux faces d’une même pratique sociale. C’est dans le langage que la pensée se met en œuvre et c’est sur la pensée que se fonde la signification du langage…

Continuer la lecture de 12/12/17
Pensée et langage
Bernard Lamizet*

05/12/17
Pensée et langage
Bernard Lamizet*

Langage et communication

Il ne peut y avoir de pensée sans langage. Au-delà de la dimension culturelle et anthropologique de cette question, sans doute est-ce, d’ailleurs, là que s’inscrit la différence fondamentale entre les hommes et les animaux, la rupture qui institue l’identité humaine. C’est la raison pour laquelle il importe de réfléchir à la question de l’articulation entre pensée et langage.

*Bernard Lamizet est professeur émérite de Sciences de l’information et de la communication à l’Institut d’études politiques de Lyon. Continuer la lecture de 05/12/17
Pensée et langage
Bernard Lamizet*