Archives de catégorie : Stéphane Rio

Agrégé d’histoire
Doctorant à l’Université de Valenciennes

09/12/19
Le fascisme en France au XXe siècle

Stéphane Rio

Histoire du fascisme en France.


Longtemps, le fascisme fut considéré par nos historiens comme un phénomène étranger aux traditions politiques françaises. Pourtant, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, une droite révolutionnaire, anti-Lumières, nationaliste et antisémite a fait entrer la France dans le concert des régimes européens pris dans la dérive fasciste du XXe siècle.

Stéphane Rio est Agrégé d’histoire 
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

02/12/19
Le fascisme en France au XXe siècle

Stéphane Rio

Histoire du fascisme en France.


Longtemps, le fascisme fut considéré par nos historiens comme un phénomène étranger aux traditions politiques françaises. Pourtant, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, une droite révolutionnaire, anti-Lumières, nationaliste et antisémite a fait entrer la France dans le concert des régimes européens pris dans la dérive fasciste du XXe siècle.

Stéphane Rio est Agrégé d’histoire 
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Ses champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

21/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

2ème partie le 21/01 :

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Stéphane Rio

Les Utopistes

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Les principales œuvres de Charles Fourier :

Théorie des quatre mouvements, 1808

Le traité de l’association domestique et agricole, 1822

Le Nouveau monde industriel et sectaire ou invention du procédé d’industrie attrayante et naturelle distribuée en séries passionnées, 1829

Le nouveau monde amoureux, 1829 (publié intégralement en 1967)

Œuvres complètes, Les Presses du Réel, 2014

Bibliographie :

Mercklé, Pierre. « La « science sociale » de Charles Fourier », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 15, no. 2, 2006, pp. 69-88.

Riot-Sarcey . (sld), Dictionnaire des Utopies, Larousse, 2008.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Winock M., Les voix de la Liberté. Les écrivains engagés au XIXè siècle, Le Seuil, 2001.

Document 1 : THEORIE DES QUATRE MOUVEMENTS ET DES DESTINEES GENERALES, p. 21-24

“Annonce de la découverte ”[Combler la lacune]

« Il n’est que trop vrai! Depuis vingt-cinq siècles qu’existent les sciences politiques et morales, elles n’ont rien fait pour le bonheur de l’humanité; elles n’ont servi qu’à augmenter la malice humaine, en raison du perfectionnement des sciences réformatrices; elles n’ont abouti qu’à perpétuer l’indigence et les perfidies, qu’à reproduire les mêmes fléaux sous diverses formes. Après tant d’essais infructueux pour améliorer l’ordre social, il ne reste aux philosophes que la confusion et le désespoir. Le problème du bonheur public est un écueil insurmontable pour eux, et le seul aspect des indigents qui remplissent les cités ne montre-t-il pas que les torrents de lumières philosophiques ne sont que des torrents de ténèbres?….

Cependant une inquiétude universelle atteste que le genre humain n’est point encore arrivé au but où la nature veut le conduire, et cette inquiétude semble nous présager quelque grand événement qui changera notre sort.

Les nations, harassées par le malheur, s’attachent avidement à toute rêverie politique ou religieuse qui leur fait entrevoir une lueur de bien-être; elles ressemblent à un malade désespéré qui compte sur une miraculeuse guérison. Il semble que la nature souffle à l’oreille du genre humain qu’il est réservé à un bonheur dont il ignore les routes, et qu’une découverte merveilleuse viendra tout à coup dissiper les ténèbres de la civilisation. »

Document 2 : LE NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIETAIRE, p. 49-51

« Des trois buts de l’Attraction, et de ses douze ressorts ou passions principales

Jeu interne :

Chacun voudrait ménager, dans le jeu de ses passions, un équilibre tel que l’essor de chacune favorisât celui de toutes les autres; que l’ambition, l’amour n’entraînassent qu’à des liaisons utiles, et jamais aux duperies; que la gourmandise concourût à améliorer la santé au lieu de la compromettre; enfin, qu’on marchât toujours dans les voies de la fortune et de la santé, en se livrant aveuglément à ses passions. Cet équilibre, fondé sur l’abandon irréfléchi de la nature, est accordé aux animaux et refusé à l’homme civilisé, barbare et sauvage. La passion conduit l’animal à son bien, et l’homme à sa perte.

Aussi l’homme, dans l’état actuel, est-il en état de guerre avec lui-même. Ses passions s’entrechoquent; l’ambition contrarie l’amour, la paternité contrarie l’amitié, et ainsi de chacune des douze.

De là naît la science nommée MORALE, qui prétend la réprimer; mais réprimer n’est pas mécaniser, harmoniser ; le but est d’arriver au mécanisme spontané des passions, sans en réprimer aucune. Dieu serait absurde, s’il eût donné à notre âme des ressorts inutiles ou nuisibles.

Jeu externe:

Pour le régulariser, il faudrait que chaque individu, en ne suivant que son intérêt personnel, servît

constamment les intérêts de la masse. Le contraire a lieu: le mécanisme civilisé est une guerre de chaque individu contre la masse, un régime où chacun trouve son intérêt à duper le public; c’est la discorde externe des passions; il s’agit d’arriver à leur harmonie interne et externe, troisième but de l’attraction. Pour y atteindre, chacun a recours à la contrainte et impose à ses inférieurs des lois de sa façon, qu’il appelle saines doctrines. Le père de famille assujettit sa femme et ses enfants à un régime qu’il dit être la sagesse. Le seigneur fait adopter ses saines doctrines dans le canton où il domine; le magistrat , le ministre opèrent de même sur le pays qu’ils régissent. Une petite maîtresse veut régénérer toutes les toilettes par de saines doctrines sur le bon genre; un philosophe veut régénérer toutes les constitutions; un écolier veut, à coups de poing, faire observer ses saines doctrines dans les jeux enfantins. Chacun veut donc mettre les passions de la masse en harmonie coopérative avec les siennes; ainsi chacun tend à la mécanique externe des passions et se persuade qu’il fait le bonheur de ceux qu’il assujettit à ses caprices.

Chacun désire de même le mécanisme interne, qui mettrait ses passions en harmonie avec elles-mêmes. Il suit de là que le troisième but de l’attraction est le mécanisme interne et externe des passions. »

Document 3 : Le phalanstère :

Gravure parue dans Le nouveau monde industriel et sociétaire, édition de 1845.

Document 4 : le familistère de Guise :

Image réalisée par Au fil de l’Aisne. Blog

Plan, années 1880.

07/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Stéphane Rio*

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

1ère partie : Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

*Stéphane Rio est agrégé d'histoire
Doctorant à l'Université de Valenciennes
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

Marseille le lundi 7 janvier 2019

Stéphane Rio

Les Utopistes

Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

Les principales œuvres de C. H. de Saint-Simon :

Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, 1802

Catéchisme des industriels, 1823

Le Nouveau Christianisme, 1825

Œuvres complètes, 4 tomes, PUF, 2012

Bibliographie :

Prochasson C., Saint-Simon ou l’anti-Marx, Perrin, 2004

Musso P., Saint-Simon et le saint-simonisme, Coll. Que sais-je ?, PUF, 1999.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Document 1 : « La querelle des abeilles et des frelons », paru dans l’Organisateur, 1819.

« L’art de gouverner est devenu… la chose du monde la plus simple et la plus facile ; il se réduit à donner la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles à celle des deux grandes classes de frelons qui sert les vues du gouvernement avec le plus de zèle et de dévouement »

Document 2 : « La Parabole »,texte paru dans L’organisateur, 1819( publiée en 1832 par Olinde Rodrigues)

« Nous supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers physiciens, ses cinquante premiers chimistes, ses cinquante premiers physio­logistes, ses cinquante premiers mathématiciens, ses cinquante premiers poètes,(…)

Ses cinquante premiers mécaniciens, (…)

Ses cinquante premiers banquiers, ses deux cents premiers négociants, ses six cents premiers cultivateurs, ses cinquante premiers fabricants d’armes, ses cinquante premiers tanneurs (…)

Ses cinquante premiers maçons, ses cinquante premiers charpentiers, (…) faisant en tout trois mille premiers savants, artistes et artisans de France.

Comme ces hommes sont les Français les plus essentiellement produc­teurs, ceux qui donnent les produits les plus importants, ceux qui dirigent les travaux les plus utiles à la nation, et qui la rendent productive dans les sciences, dans les beaux-arts et dans les arts et métiers, ils sont réellement la fleur de la société française ; ils sont de tous les Français les plus utiles à leur pays, ceux qui lui procurent le plus de gloire, qui hâlent le plus sa civilisation ainsi que sa prospérité; la nation deviendrait un corps sans âme, à l’instant où elle les perdrait; elle tomberait immédiatement dans un état d’infériorité vis-à-vis des nations dont elle est aujourd’hui la rivale, et elle continuerait à rester subalterne à leur égard tant qu’elle n’aurait pas réparé celle perle, tant qu’il ne lui aurait pas repoussé une tête. Il faudrait à la France au moins une génération entière pour réparer ce malheur, car les hommes qui se distinguent dans les travaux d’une utilité positive sont de véritables anomalies, et la nature n’est pas prodigue d’anomalies, surtout de celles de celle espèce.

Passons à une autre supposition. Admettons que la France conserve tous les hommes de génie qu’elle possède dans les sciences, dans les beaux-arts, et dans les arts et métiers, mais qu’elle ait le malheur de perdre le même jour Monsieur, frère du roi, Monseigneur le duc d’Angoulême, Monseigneur le duc de Berry(…)

Qu’elle perde en même temps tous les grands officiers de la couronne, tous les ministres d’État (avec ou sans départements),(…), tous ses maréchaux, tous ses cardinaux(…), tous les préfets(…) et, en sus de cela, les dix mille propriétaires les plus riches parmi ceux qui vivent noble­ment.

Cet accident affligerait certainement les Français, parce qu’ils sont bons(…) Mais celle perte des trente mille indi­vidus réputés les plus importants de l’État, ne leur causerait de chagrin que sous un rapport purement sentimental, car il n’en résulterait aucun mal politique pour l’État.

D’abord pour la raison qu’il serait très facile de remplir les places qui seraient devenues vacantes ; il existe un grand nombre de Français en état d’exercer les fonctions de frère du roi aussi bien que de Monsieur; (…)

Les antichambres du château sont pleines de courtisans prêts à occuper les places de grands officiers de la couronne ; l’armée possède une grande quantité de militaires aussi bons capitaines que nos maréchaux actuels. Que de commis valent nos ministres d’État ! (…) Que de curés aussi capables que nos cardinaux, que nos archevêques, que nos évêques,(…) »

Document 3 : Le nouveau christianisme, 1825 :

« la grande opération morale, poétique et scientifique, qui doit déplacer le paradis terrestre et le transporter du passé dans l’avenir. Cette opération intellectuelle est la plus importante de toutes celles qui peuvent être faites ; elle est celle qui améliorera le plus directement le sort de la société en perfectionnant sa morale » (Opinions philosophiques, V, 82).

« La nouvelle organisation chrétienne déduira les institutions temporelles ainsi que les institutions spirituelles, du principe que tous les hommes doivent se conduire à l’égard les uns des autres comme des frères. Elle dirigera toutes les institutions de quelque nature qu’elles soient, vers l’amélioration du bien-être de la classe la plus pauvre » (Le Nouveau Christianisme, III, 113).

Document 4 : Doctrine de Saint-Simon, Exposition de 1829 (2è édition, Paris, 1830) :

« L’homme a jusqu’ici exploité l’homme. Maîtres, esclaves ; patricien, plébéien ; seigneurs, serfs ; propriétaires, fermiers ; oisifs et travailleurs… ; Association universelle, voilà notre avenir (…) l’homme n’exploite plus l’homme ; mais l’homme, associé à l’homme, exploite le monde livré à sa puissance (…) <tous les théoriciens politiques ont les yeux tournés vers le passé (… ; ils nous disent que le fils a toujours hérité de son père (…) ; mais l’humanité l’a proclamé par Jésus : Plus d’esclavage ! Par Saint-Simon, elle s’écrie : A chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres, plus d’héritage ! »

Document 5 : la communauté saint-simonienne 1828-1832:

Eau forte, La communauté de Ménilmontant, vers 1832.

Gravure, Prosper Enfantin, vers 1832.

 

07/02/17
Les usages publics de l’histoire 3/3
Stéphane Rio – Histoire

Les enjeux politiques des mémoires de la Seconde guerre mondiale

Controverses sur les mémoires de la seconde guerre mondiale :

Les mémoires et les interprétations de la Seconde Guerre Mondiale sont multiples et souvent contradictoires :

  • Figures héroïques de la résistance que l’on essaye de s’approprier ou de discréditer : Jean Moulin, Charles de Gaulle, Guy Moquet, Missak Manouchian…
  • France collaboratrice de Vichy qu’un certain révisionnisme voudrait voir comme un « régime bouclier »…
  • Déportation, génocide que l’on minore, voire que l’on nie…

Toutes ces questions sont au cœur de débats historiques et surtout publics toujours aussi brûlants. Nous verrons quels sont les enjeux idéologiques et politiques de ce passé qui a du mal à passer…

Les documents présentés par Stéphane Rio :

doc 1 pcf et resistance
doc 3 croix de lorraine
 chirac veld’hiv
jean moulin pantheon
doc 5 nimier

31/01/17
Les usages publics de l’histoire 2/3
Stéphane Rio – Histoire

Les enjeux politiques des interprétations de la Révolution française

Les interprétations de la Révolution Française : enjeux de mémoire, enjeux politiques

Qu’est-ce que la Révolution Française ? La question est simple, mais les réponses apportées sont d’une immense complexité tant elles sont contradictoires, conflictuelles et passionnées :

  • Une fracture satanique d’un ordre éternel et providentiel ? Un immense bain de sang préfigurant les totalitarisme ?
  • Une rupture libératrice non seulement pour le peuple français, mais aussi pour le genre humain à l’échelle universelle ?

Nous étudierons les débats sur les origines, les acteurs et les héros de la Révolution pour comprendre la construction des clivages politiques qui prennent racines dans ces interprétations.

Les documents proposés par Stéphane Rio sont ici :

Textes 31-01-17

24/01/17
Les usages publics de l’histoire 1/3
Stéphane Rio – Histoire

Comment les personnages historiques sont interprétés et utilisés aujourd’hui ?

 

N. Sarkozy en appelant aux Gaulois pour définir l’identité des Français, F. Fillon faisant du baptême de Clovis la marque des débuts de « quinze siècles d’Histoire de France », M. Vals se référant à Clémenceau pour légitimer sa politique sécuritaire… Les discours politiques ressuscitent souvent une mythologie historique construite au XIXème siècle, qui déterminent les représentations et les actions publiques.

Nous visiterons plusieurs figures de l’histoire pour comprendre la construction des identités politiques.

 

01/03/16
Histoire des luttes sociales
Insoumission et résistance du 19ème siècle à aujourd’hui (1/3)
Stéphane Rio

Manif

Voici le diaporama qui accompagne cette conférence :

diapo regards sur la classe ouvriere

La classe ouvrière a charrié bien des représentations depuis le 19è siècle. De la classe laborieuse et dangereuse porteuse de tous les vices, à la classe révolutionnaire parée de toutes les qualités de vertu et de probité, écrivains, intellectuels, hommes politiques et journalistes ont construit un grand nombre de représentations véhiculant fantasmes et idéalisation.

Par l’étude de plusieurs regards littéraires, politiques et journalistiques riches et divers, nous nous interrogerons sur la construction d’archétypes vivaces qui encore aujourd’hui façonnent bon nombre de préjugés.

15 déc. 2015
Violence et classe ouvrière aux 19 et 20e s.
Un regard historique sur l’actualité – Stéphane Rio – Histoire

mardi 15 décembre 2015

19 à 21 heures

Histoire

Stéphane Rio
traitera le thème :

Violence et classe ouvrière aux 19 et 20è siècles

A qui fait peur la violence ouvrière ?

Un regard historique sur l’actualité.

Continuer la lecture de 15 déc. 2015
Violence et classe ouvrière aux 19 et 20e s.
Un regard historique sur l’actualité – Stéphane Rio – Histoire

mardi 23 juin
HISTOIRE DES «GAUCHES»
au XXème s. – Stéphane Rio [3e partie]

mardi 23 juin 2015

Histoire :

Stéphane Rio
Agrégé, professeur d’Histoire et de Géographie à Marseille

qui poursuivra sa conférence, après celles du 7 avril et du 12 mai, sur le thème :
Histoire des « Gauches » au XXème s.

Continuer la lecture de mardi 23 juin
HISTOIRE DES «GAUCHES»
au XXème s. – Stéphane Rio [3e partie]