Archives de catégorie : > Prochain cours

03/02/20
Pourquoi fait-on des gestes quand on parle ?

Marion Tellier

"Pourquoi fait-on des gestes quand on parle? " 
Lorsque nous parlons, nous faisons spontanément des gestes avec nos mains, souvent sans même en avoir conscience.
Cette conférence explorera les raisons de cette production gestuelle. Est-ce pour aider notre interlocuteur à nous comprendre? Notre interlocuteur regarde-t-il nos gestes? Si nous produisons des gestes pour notre interlocuteur, pourquoi alors faisons-nous des gestes quand nous parlons au téléphone? Les gestes ont-ils une utilité pour celui qui parle? Produit-on les mêmes gestes partout dans le monde ?
Telles sont les questions abordées dans cette conférence.
Professeure des universités en didactique du FLE à Aix Marseille Université (depuis septembre 2016)
Directrice du département de FLE (Aix Marseille université, UFR ALLSH) – 2e mandat en cours.

Représentante du Laboratoire Parole et Langage au conseil scientifique de la Structure Fédérative de recherche en Éducation – SFERE Provence

Responsable du Master 1 spécialité FLES (mention SDL)
Membre élue du conseil du Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309)

Domaines de recherche 

: didactique des langues étrangères, didactique du FLE, études de la gestuelle, formation de formateurs, interaction multimodale, adaptation gestuelle
Domaines d’intervention en formation : dynamique de groupe, activités ludiques pour la classe, méthodologie de la classe de langue, gestes et enseignement/apprentissage d’une langue étrangère, étude du geste coverbal, geste culturel en classe, gestuelle pédagogique, méthodologie de la recherche, recueil et annotation de corpus multimodaux.

27/01/20
La subjectivité et l’amour 2/2

Anaïs Simon

Conférence-débat avec Anaïs Simon
27 janvier 2020
de 19h à 21h
Casa Consolat
1 rue Consolat Marseille 1er

Aimer peut au premier abord passer pour le sentiment le moins égoïste qui soit, le plus dédié à l’autre. Pourtant, à y regarder de plus près, l’amour est un sentiment qui n’est pas moins ambigu que le désir. Comme le chante Carmen, non seulement en effet « L’amour est un oiseau rebelle / Que nul ne peut apprivoiser / Et c’est bien en vain qu’on l’appelle / S’il lui convient de refuser ». mais encore « L’amour est enfant de bohème / Il n’a jamais, jamais, connu de loi / Si tu ne m’aimes pas, je t’aime / Et si je t’aime, prends garde à toi ». Autrement dit, l’amour est capricieux ; il ne s’intéresse à l’autre qu’à sa convenance, contrairement au respect que je dois à autrui quel que soit mon sentiment à son égard, que je l’apprécie ou pas. C’est dire que l’amour est amoral, sinon peut-être et paradoxalement immoral. Il y va de l’amant dans l’amour, avant que de l’être aimé. De là les passions destructrices dont traitent les grandes tragédies raciniennes. Mais à l’inverse ne peut-on mourir par amour ? Ne peut-on se sacrifier ? Par et dans l’amour, on s’oublierait soi-même.
L’amour fait des histoires, dans tous les sens de l’expression.

Anaïs Simon 
Docteure en philosophie
Professeure au Lycée Saint-Exupéry de Marseille en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles et en Classes Préparatoires Économiques et Commerciales

25/01/20
Kropotkine et l’économie par l’entraide

Renaud Garcia

Conférence-débat avec Renaud Garcia
de 17h à 19h
Bibliothèque de l'Alcazar
58 cours Belsunce Marseille 1er

La crise écologique actuelle réactive divers discours sur l’effondrement inévitable de la société capitaliste. Ces discours, qui en réalité n’ont rien de bien neuf, cherchent notamment à promouvoir une culture de l’entraide pour entrer dans une période de tempêtes. Ce faisant, ils retrouvent certaines des intuitions d’un des grands théoriciens de l’anarchisme, le géographe russe Pierre Kropotkine (1842-1921). Mais si l’on se penche vraiment sur l’œuvre politique et scientifique de ce penseur, auteur du livre L’Entraide, on découvrira bien plus qu’une simple apologie de la coopération. Par sa vision globale d’une réciprocité entre les espèces et leur milieu vital, par sa réflexion sur le contexte urbain et par ses propositions économiques, Kropotkine a exposé, voici un siècle, les éléments d’un socialisme anarchiste précurseur d’une écologie sociale (et non simplement institutionnelle). C’est à le relire et à pratiquer les pistes que son œuvre dessine que nous invite cette conférence »

Renaud Garcia est enseignant de philosophie en lycée, et « animal politique ». Poursuit des recherches sur l’anarchisme, le socialisme et l’écologie politique. Plusieurs études et traductions sur Kropotkine.

Dernier essai paru : Le sens des limites. Contre l’abstraction capitaliste (L’Echappée, 2018). Membre de la revue d’étude et d’expression anarchiste Réfractions, et du collectif de l’Appel de
Beauchastel contre l’école numérique.

20/01/20
La subjectivité et l’amour 1/2

Anaïs Simon

Conférence-débat avec Anaïs Simon
de 19h à 21h
Casa Consolat
1 rue Consolat Marseille 1er

Aimer peut au premier abord passer pour le sentiment le moins égoïste qui soit, le plus dédié à l’autre. Pourtant, à y regarder de plus près, l’amour est un sentiment qui n’est pas moins ambigu que le désir. Comme le chante Carmen, non seulement en effet « L’amour est un oiseau rebelle / Que nul ne peut apprivoiser / Et c’est bien en vain qu’on l’appelle / S’il lui convient de refuser ». mais encore « L’amour est enfant de bohème / Il n’a jamais, jamais, connu de loi / Si tu ne m’aimes pas, je t’aime / Et si je t’aime, prends garde à toi ». Autrement dit, l’amour est capricieux ; il ne s’intéresse à l’autre qu’à sa convenance, contrairement au respect que je dois à autrui quel que soit mon sentiment à son égard, que je l’apprécie ou pas. C’est dire que l’amour est amoral, sinon peut-être et paradoxalement immoral. Il y va de l’amant dans l’amour, avant que de l’être aimé. De là les passions destructrices dont traitent les grandes tragédies raciniennes. Mais à l’inverse ne peut-on mourir par amour ? Ne peut-on se sacrifier ? Par et dans l’amour, on s’oublierait soi-même.
L’amour fait des histoires, dans tous les sens de l’expression.

Anaïs Simon 
Docteure en philosophie
Professeure au Lycée Saint-Exupéry de Marseille en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles et en Classes Préparatoires Économiques et Commerciales

13/01/20
Marseille pendant la 2ème Guerre mondiale

Olivier Luciani

Conférence-débat avec Olivier Luciani

En novembre 42, les Allemands envahissent la zone non occupée. La ville est alors soumise aux exactions et destructions de l’occupant. Elle est aussi, jusqu’à sa libération en août 44, un haut lieu de la Résistance sous des formes extrêmement variées et des centaines d’hommes et de femmes paieront le prix du sang. C’est aussi le cas des populations civiles prises dans la violence des bombardements.

Olivier LUCIANI
Professeur agrégé d'histoire
Enseignant et chercheur spécialiste de l'histoire du XXème siècle.
Diplômé de la Faculté de Lettres à Aix-en-Provence en 1994, Olivier Luciani est Professeur d'histoire au Lycée
Saint-Charles à Marseille depuis 2004

Lycée Victor Hugo - Professeur d'histoire - Marseille 1994 - 1995
Lycée Militaire Aix En Provence - Professeur d'histoire - Aix en provence 1995 - 1996
Lycée Victor Hugo - Professeur d'histoire - Marseille 1996 - 1997
Université Aix-marseille I - Attaché d'enseignement et de recherche - Marseille 1997 - 2001
Collège Henri Barnier - Professeur d'histoire - Marseille 2001 - 2004

06/01/20
Marseille pendant la 2ème Guerre mondiale

Olivier Luciani

Conférence-débat avec Olivier Luciani

A partir de l’armistice de juin 40, Marseille devient le seul et unique grand port de la zone dite libre d’où l’on peut quitter la France. C’est là que se replient tous ceux qui, originaires de toute l’Europe, sont persécutés par le régime nazi. Marseille doit également subir la politique du gouvernement de Vichy. La cité phocéenne, où la vie quotidienne est de plus en plus difficile, voit alors apparaître les premières formes de Résistance

Olivier LUCIANI
Professeur agrégé d'histoire
Enseignant et chercheur spécialiste de l'histoire du XXème siècle.
Diplômé de la Faculté de Lettres à Aix-en-Provence en 1994, Olivier Luciani est Professeur d'histoire au Lycée
Saint-Charles à Marseille depuis 2004

Lycée Victor Hugo - Professeur d'histoire - Marseille 1994 - 1995
Lycée Militaire Aix En Provence - Professeur d'histoire - Aix en provence 1995 - 1996
Lycée Victor Hugo - Professeur d'histoire - Marseille 1996 - 1997
Université Aix-marseille I - Attaché d'enseignement et de recherche - Marseille 1997 - 2001
Collège Henri Barnier - Professeur d'histoire - Marseille 2001 - 2004

16/12/19
Y a-t-il une éthique intellectuelle ?

Pascal Engel

Conférence-débat avec Pascal Engel

Pour Pascal Engel, l’éthique intellectuelle n’est ni réductible à l’éthique tout court, ni une simple branche de l’épistémologie : elle définit les normes qui fondent objectivement la correction des croyances. Dans son livre sur Les Vices du savoir, il montre que l’indifférence à l’égard de ces normes – que partagent, à l’échelle planétaire, tant de nos politiques, journalistes et universitaires contemporains – représente la forme la plus aboutie du vice intellectuel. Ce comportement n’est pas qu’un problème d’épistémologie ou de morale : il sape, dans la cité, la possibilité d’une démocratie véritable.

Pascal Engel est philosophe, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL). Pascal Engel a inscrit ses travaux dans le cadre de la philosophe de tradition analytique, et a travaillé dans plusieurs domaines, avec comme fil directeur une réflexion sur la nature de la connaissance et des normes.

Centre de Recherches sur les Arts et le Langage
Chaire : Connaissance, raisons et normes
Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, Pascal Engel a fait ses études aux universités de Paris IV et de Paris. Sous l’influence de Jules Vuillemin, de Jacques Bouveresse, qui a dirigé son doctorat, puis de Gilles-Gaston Granger à Aix-en-Provence, qui a dirigé son doctorat d’État, il s’est tourné vers la philosophie analytique, qu’il a également étudiée en Angleterre et aux États-Unis. Il a présidé la Société de philosophie analytique de 1993 à 1997 et est membre fondateur de l’European society for analytic philosophy. Il a enseigné aux universités de Grenoble, de Caen, de Paris-IV Sorbonne et dans plusieurs universités étrangères. Il a été membre de l’Institut universitaire de France. Il a été membre du Centre de Recherche en Épistémologie Appliquée de l’École polytechnique puis de l’Institut Jean Nicod de 2001 à 2006. Il a édité la revue Dialectica de 2005 à 2011. De 2012 à 2015 il a été professeur ordinaire de philosophie moderne et contemporaine à l’université de Genève. Depuis 2012, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où il fait partie du Centre de recherche sur les arts et le langage.

  • Liste complète des publications de Pascal Engel sur son site personnel. https://sites.google.com/site/pascalengelehessfr/cv/publications

09/12/19
Le fascisme en France au XXe siècle

Stéphane Rio

Histoire du fascisme en France.


Longtemps, le fascisme fut considéré par nos historiens comme un phénomène étranger aux traditions politiques françaises. Pourtant, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, une droite révolutionnaire, anti-Lumières, nationaliste et antisémite a fait entrer la France dans le concert des régimes européens pris dans la dérive fasciste du XXe siècle.

Stéphane Rio est Agrégé d’histoire 
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

02/12/19
Le fascisme en France au XXe siècle

Stéphane Rio

Histoire du fascisme en France.


Longtemps, le fascisme fut considéré par nos historiens comme un phénomène étranger aux traditions politiques françaises. Pourtant, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, une droite révolutionnaire, anti-Lumières, nationaliste et antisémite a fait entrer la France dans le concert des régimes européens pris dans la dérive fasciste du XXe siècle.

Stéphane Rio est Agrégé d’histoire 
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Ses champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

25/11/19
Sur quelques difficultés de la démocratie

Marc Rosmini

On dit souvent que notre époque serait caractérisée par une « crise de la démocratie ». Ce prétendu constat soulève toutefois deux problèmes.  
Le premier consiste à se demander s'il n'appartient pas à la nature même d'une démocratie d'être en crise, ou plutôt en questionnement sur elle-même. Croire que nous vivons dans une « vraie » démocratie reviendrait à penser que nous sommes à la « fin de l'histoire », et qu'il n'y a plus rien à inventer en matière de politique.
Le second, qui découle du premier, porte sur le concept même de « démocratie » qui, lorsqu'on en parle, est toujours menacé d'essentialisation. Or l'histoire nous montre que des types d'organisation très divers ont revendiqué ce statut « démocratique ». Parler de la démocratie au singulier, et comme s'il s'agissait d'une évidence, ne peut que nous conduire à masquer les enjeux des problèmes soulevés par ce projet d'un gouvernement du peuple par lui-même.
Cette session de l'Université Populaire aura donc pour ambition, notamment à partir des travaux de Pierre Rosanvallon, d'examiner quelques-uns de ces problèmes et, sait-on jamais, de proposer quelques pistes de solutions.
Marc Rosmini est Professeur agrégé de philosophie  
Il enseigne au lycée Antonin Artaud et au lycée Thiers de l’académie d’Aix-Marseille

Sa curiosité l’a conduit à mettre en relation la réflexion philosophique avec des thèmes variés, allant de la cuisine au western en passant par l’art contemporain. Il fait partie du collectif Les Philosophes Publics

Marseille révélée par l’art contemporain, éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 2007
• Pourquoi philosopher en cuisinant ? – Méditations autour de 10 recettes de Lionel Lévy, éd. Aléas, Lyon, 2007
• Road Movies, Images En Manœuvres Éditions, Marseille, 2012, (épuisé), La Marelle Éditions, Marseille, 2017 (numérique)
• Méditations westernosophiques, éd. Médiapop, Mulhouse, 2015
Cinéma et bioéthique : Etre plus ou moins un sujet, éd Rouge profond, 2019

04/11/19
Les trous noirs

Alejandro Perez – Sciences

Conférence-débat avec Alejandro Perez

Les Trous Noirs et la fin du temps en Relativité Générale

Dans cette présentation je vais essayer de vous transmettre les idées fondamentales de la relativité générale en décrivant ses solutions les plus remarquables : les trous noirs.
Les trous noirs sont sans doute la prédiction la plus spectaculaire de la relativité générale. Ces objets énigmatiques sont présents en grand nombre dans l’univers observable. Ce sont les reliques du violent processus d’effondrement gravitationnel. Il est possible de comprendre les caractéristiques de base des trous noirs  sans faire appel à des connaissances techniques sophistiquées en utilisant la notion de cône de lumière.


Alejandro PEREZ
Enseignant-chercheur
Chef de l’équipe « Gravité quantique » Aix-Marseille Université
Chercheur au Centre de Physique Théorique – CPT 
Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France







28/10/19
Changer le travail ?

Renato Di Ruzza – Ergologie

Conférence-débat avec Renato Di Ruzza*

Changer le travail ?

La manière dont est organisé le travail aujourd’hui, qui s’éloigne sensiblement des méthodes tayloriennes (précarisation, individualisation, ubérisation, distanciation, etc.), comporte de telles conséquences en termes de chômage et de santé qu’elle nous oblige à réfléchir sur le thème du changement : quelles sont les pistes d’alternatives envisageables ? comment les rendre visibles ? comment se les approprier socialement ? Cette seconde conférence présentera une méthodologie susceptible d’apporter des réponses à ces questions : il s’agit de mettre en place, concrètement, le postulat de départ. Si en effet rien de sérieux ne peut être dit sur le travail indépendamment de ceux qui travaillent, il en découle qu’il faut en effet écouter et entendre ces derniers en leur donnant les moyens d’exprimer ce qu’ils ont à dire sur leur travail. Nous observerons qu’ils ont beaucoup de propositions d’alternatives au travail tel qu’il est organisé actuellement.

*Économiste ancien directeur scientifique à l’Iseres
Actuellement secrétaire général de la société internationale d’ergonomie
Professeur émérite des universités en sciences économiques

21/10/19
Qu’est-ce que le travail ?

Renato Di Ruzza – Ergologie

Conférence-débat avec Renato Di Ruzza,

Qu’est-ce que le travail ?

Au delà des multiples définitions qui en ont été données dans la littérature économique, sociologique, ergonomique ou philosophique (et qui seront rapidement rappelées et commentées), le travail sera considéré du point de vue de l’activité, c’est-à-dire comme un « usage de soi » : usage de soit par soi, et usage de soi par d’autres. Le point de départ d’une telle définition réside dans l’examen par les ergonomes de tradition francophone (ceux qui ont fondé l’ergonomie de l’activité) de la manière dont fonctionne le modèle productif taylorien. Ils ont constaté que malgré la prétention scientifique d’un tel mode d’organisation du travail, les travailleurs ne faisaient jamais exactement ce que le bureau des méthodes leur demandait de faire, et qu’il y avait toujours un écart entre le travail tel qu’il était prescrit et leur travail réel. C’est en détaillant les raisons d’un tel écart que nous parviendrons à comprendre ce qu’est le travail, et à montrer qu’il s’agit d’une activité qui déborde largement l’emploi.

Économiste ancien directeur scientifique à l’Iseres
Actuellement secrétaire général de la société internationale d’ergonomie
Professeur émérite des universités en sciences économiques