Tous les articles par Jean-Pierre Brundu

Michel Guérin

Écrivain et philosophe.
Professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.
Conseiller Culturel : Ambassade de France en Allemagne, Autriche, Grèce.
À présidé l’Association Des Sud, co-éditrice avec Actes Sud de la revue La Pensée de Midi, revue littéraire et de débats.
Auteur d’une quarantaine d’ouvrages.

Mariagrazia Cairo Crocco

Mariagrazia Cairo
Maître de conférences en philosophie (Université d’Aix-Marseille)
Membre du Centre Gilles Gaston Granger, CNRS, UMR 7304 et de l’Institut Supérieure du Professorat et de l’Éducation (INSPÉ).
Membre du groupe ArTLib (IMERA)

Présentation :

Après avoir analysé, durant son doctorat de philosophie, le rôle, la valeur et l’organisation du travail – entre normalisation et émancipation- dans le secteur de l’insertion par l’activité économique, elle a davantage étudié les dispositifs et processus de subjectivation dans le champ de l’enseignement, de l’éducation et de la formation. Les pratiques d’enquête et d’interdisciplinarité l’ont également amenée à (re)-interroger le rapport entre discipline philosophique et sciences sociales, dans une visée de compréhension et transformation des situations de travail. Mariagrazia Cairo est membre d’ArTLib et, dans le cadre des différentes initiatives et travaux du collectif, elle s’intéresse plus particulièrement aux tensions entre travail et liberté dans le domaine de l’ESS marseillais.

Résumé de l'exposé :
Quel changement dans les organisations du travail : la contribution de l'ESS entre innovations et utopies.
Cette conférence s’inscrit dans les travaux du collectif de recherche « Atelier de recherche travail et liberté » (ArTLib) de l’IMERA. https://imera.hypotheses.org/category/artlib-travail-et-libertes-aujourdhui
Le projet d’ArTLib porte sur les transformations et les changements dans les formes de travail aujourd’hui. Entre dénonciation de la souffrance et éloge du travail indépendant comme facteur de liberté et d’émancipation, y a-t-il des possibilités d’alternatives pour appréhender, raconter et caractériser la tension structurelle entre travail et liberté ? Le collectif ArTLib couple des réflexions et débats ouverts avec un travail d’enquête sur le territoire de Marseille, afin de repérer des initiatives et expériences où les rapports entre travail et liberté sont source de questionnement collectif et de transformation des pratiques. 
Dans cette conférence, nous privilégierons les expériences enracinées dans l’« économie sociale et solidaire » (ESS). Nous considérons cette économie alternative comme un cadre « privilégié » pour réaliser des innovations et des expérimentations à visée utopique. A partir d’études de cas, il s’agira alors de problématiser la contribution de l’ESS aux changements dans les organisations du travail allant jusqu’aux tentatives de dépassement du salariat. 
Dans ce cadre, ces expériences se distinguent par une proposition d’un faire alternatif au regard du système politique, de l’organisation du travail et des formes de subjectivisation dans une perspective territoriale : comment contribuer à construire, améliorer, voire changer le travail pour renforcer la liberté à Marseille ? Nous nous intéressons d’abord aux problèmes repérés par un collectif à partir d’une situation politique, économique, sociale jugée et/ou vécue comme intolérable, étriquée, obscure. Ensuite, nous caractérisons les types d’organisations pensées et expérimentées pour construire une réponse articulant création de valeurs et émancipation (de soi, de son collectif, des autres au travers de son activité économique). Enfin, nous observons les pratiques au quotidien pour saisir ce rapport travail-liberté à différents niveaux (dans la gouvernance, le fonctionnement du collectif/des équipes et vis-à-vis du territoire, des collectivités, des citoyens/usagers/clients, du système économique, de l’environnement). 

Joëlle Tolédano

Professeur émérite en économie, associée à la Chaire « Gouvernance et Régulation » de l’Université Paris-Dauphine et membre de l’Académie des Technologies.

Membre du Conseil d’administration de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) et de startups du numérique.
Docteur en mathématiques et en économie, Joëlle Tolédano a mené une double carrière, universitaire et en entreprise, avant de s’investir dans les sujets de politique publique et de régulation.

Professeur des universités à partir de 2005, elle a été membre du collège de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes (Arcep) (mi-2005-2011). Récemment le numérique, les fréquences et la blockchain ont été au centre de ses travaux.
Elle a publié plusieurs ouvrages, des rapports publics et de nombreux articles scientifiques et grands publics dans les domaines de l’économie industrielle et l’économie et la régulation du numérique, des communications électroniques et des postes.

Son dernier ouvrage, GAFA : reprenons le pouvoir, publié chez Odile Jacob a reçu le prix du meilleur livre d’économie 2020.

Claire WEILL

SAMSUNG CAMERA PICTURES


Physicienne, normalienne et ingénieur générale des ponts
Chargée de mission à la Direction des relations internationales d’INRAE sur les interfaces entre les sciences et les politiques internationales

Claire Weill est engagée depuis trente ans dans un dialogue entre les scientifiques, les citoyens et les décideurs.
Titulaire d’une thèse en physique de la matière condensée
(1984), elle crée une équipe de recherche à l’École
nationale des ponts et chaussées et enseigne à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. De 1999 à 2001, elle prend part aux négociations de la mise en œuvre du protocole de Kyoto et à l’élaboration du premier plan national de lutte contre les changements climatiques.
Puis elle rejoint l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), où elle anime les programmes « Risques et Précaution » et « Chimie durable ».
Conseillère du Maire de Paris (éducation, recherche, universités et nouvelles technologies), elle organise en 2009 une conférence de citoyens « Ondes, santé, société ».
Depuis 2013 à l’INRA, aujourd’hui INRAE, elle œuvre à l’interface des sciences et des politiques internationales. En 2015, elle est secrétaire générale de la conférence « Notre avenir commun face au changement climatique », en amont de la COP21 à Paris.

Principales publications :
Claire Weill éd : Hervé Le Treut, Jean-Pascal van Ypersele, Stéphane Hallegatte et Jean-Charles Hourcade, Sciences du changement climatique - Acquis et controverses, Iddri, septembre 2004.
« Nanosciences, nanotechnologies et principe de précaution », Les cahiers Droit, Sciences et Technologies, N°1, CNRS Éditions, 2008, pp. 39-55.
« REACH », in Dictionnaire de la pensée écologique, éd. Dominique Bourg et Alain Papaux, PUF, 2015, pp. 857-860.
Avec Hervé Le Treut, “Climate Change and its Histories”, in Routledge Handbook of the History of Sustainability, J. R. Caradonna ed. Taylor & Francis, 2017, pp. 305-321.
Claire Weill, « Petite et grande histoire de l’environnement – Konrad von Moltke (1941-2005) ». MUSEO Editions, 2021.

https://www.museo-editions.com/product-page/petite-et-grande-histoire-de-l-environnement-konrad-von-moltke-1941-2005

ANDRÉ BELLON

Écrivain et philosophe français.

Polytechnicien (X 1963), puis ingénieur civil des Ponts et Chaussées, il obtient un DES d’économie et devient administrateur de l’Insee.

Il est membre de la Société des amis d’Alexandre Dumas.

Publications
• avec Anne-Cécile Robert : Un Totalitarisme tranquille : La démocratie confisquée . Syllepse, 2001.
• Pourquoi je ne suis pas altermondialiste : Éloge de l’antimondialisation, éditions Mille et une nuits, 2004
• avec Anne-Cécile Robert et Claude Nicolet : Le Peuple inattendu. Syllepse, 2003.
• avec Henri Peña-Ruiz, Jérémy Mercier et Inès Fauconnier : Mémento du républicain. Mille et une nuits, 2006
• Une nouvelle vassalité. Contribution à l’histoire politique des années 1980. Mille et une nuits, 2007
• Ceci n’est pas une dictature, Mille et une nuits, 2011
• Pour la souveraineté du peuple, nous sommes tous des constituants avec Jean-Pierre Crépin et Mehdi Belhaj Kacem

Alain Ghio

Ingénieur en instrumentation au Laboratoire parole et langage, Aix-en-Provence

Médaille de cristal du CNRS 2013

Laboratoire parole et langage (LPL) CNRS/Aix Marseille Université
Institut des sciences humaines et sociales Aix-en-Provence

Grâce à sa triple compétence de physicien, informaticien et phonéticien, Alain Ghio a produit des travaux de grande qualité dans le domaine de l’analyse et du traitement du signal de parole. Il a participé à de nombreuses publications, parfois comme premier auteur. Il a été responsable scientifique, pour le laboratoire, d’un projet financé par l’ANR. Impliqué dans la conception et la diffusion d’instruments et de logiciels, il est à l’origine d’une start-up dont les réalisations sont internationalement reconnues. Il est également actif sur le front de la formation en encadrant de jeunes ingénieurs.