29-30 nov.2019
Colloque « Les murs »

Les murs : parlons-en !

Trente ans après la chute du mur du Berlin, d’autres murs restent présents dans le monde : ils sont des mémoires, des témoins et des espaces d’expression citoyenne, artistique et populaire, d’une actualité brulante. Durant deux journées, chercheurs, journalistes, philosophes, artistes et étudiants interrogeront avec le public l’histoire, l’actualité, l’avenir, des murs qui abritent, encerclent, protègent, séparent, cachent, s’écroulent, racontent.

Conférencier·es :

Conférencier·es :
Claire Calogirou : Le mur de Berlin au Mucem 
Béatrice Nuselovici : Le mur de Berlin aujourd'hui 
Marina Sanchez : Le Mur de la Méditerranée 
Pierre Ciot : Le mur de la Plaine 
Danièle Larcena : Le mur de la peste 
Bernard Descales : Des murs dans la ville 
Simon Rico : D'un mur aux autres 
Zoé Carle :  Slogans et graffitis contestataires en Méditerranée 
Suzel Roche  : Les vestiges des calanques 
Philosophes publics : La frontièrisation des corps 
Joke : Les murs, espace d'expression citoyenne 
Coline Charbonnier : Les grapheurs palestiniens face au mur israélien 
Dario Caruso : Inscriptions et graffitis 
La Roue des Philosophes publics Sur l'esplanade
Richard Campana : Les espaces d'expression 
Lapsus Numérique : Ainsi parlaient les murs 
Philosophes publics : La prison 
Philosophes publics : Le mur métaphore ambiguë 
Tous les intervenant·es : Discussion évaluation Clôture
Conférences-débats
Vendredi 29 et samedi 30 novembre 2019 9h30 à 17h30
Mucem - I2MP Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org


 Claire Calogirou
Ethnologue, chercheur associée au Mucem et à l’Idemec/MMSH

La patrimonialisation du mur de Berlin au Mucem

Résumé
Le mur de Berlin revêt une signification forte pour les collections du musée ; signification double, car il intéresse à la fois la collection graff et l’axe - ville - du musée:
La ville :
Berlin, ville bombardée puis occupée par les forces alliées en 1945, a été partagée entre les deux blocs est et ouest puis coupée par un mur le 15 août 1961 jusqu’à cette date que nous avons tous gardée en mémoire, le 9 novembre 1989. Nombreux ont été les Berlinois qui laissèrent leur vie en tentant de passer à l’ouest. Le musée du Check Point raconte cette histoire. Ce thème de ville coupée pour des raisons politique, nationaliste, religieuse n’est pas restée unique en Europe et Méditerranée, on pense à Nicosie, à Mostar, à Jérusalem…et constitue un sujet important pour le musée.
La ville de Berlin conserve cette mémoire, par le musée du Check Point, donc, mais aussi par le musée de la Stasi et celui consacré à la vie à Berlin est.
Le mur est un symbole matériel de cette période. L’ensemble a été démoli, une partie a été conservée, East Side Gallery.
Le graffiti
 :
C’est dire combien pour les graffeurs, ce mur fait partie de l’histoire européenne. Ils y ont posé des graffiti, simples tags ou fresques, signatures ou messages politiques et revendicatifs ; ils se plaisent à voir sur East Side Gallery, les signatures des anciens.
D’autre part, des graffeurs berlinois racontent qu’à la chute du mur, les Berlinois de l’est, comme l’Europe de l’est, ont découvert le graffiti. Aujourd’hui, cette galerie fait partie de la promenade sur la berge de la rivière Spree, ce qui n’était pas encore le cas lorsque je m’y suis rendue avec des graffeurs parisiens en 2005.


En préalable, mon exposé présentera le contexte de la campagne de recherche-collecte dans laquelle s’inscrit l’acquisition du pan du mur de Berlin, puis le cheminement de la patrimonialisation au Mucem. Il mettra en évidence le statut conféré par son entrée dans les collections du musée, les thématiques dont il est support de discours. Il reviendra également sur son exposition dans la Galerie de la Méditerranée, dans la section Citoyenneté et droits de l'Homme au Mucem de 2013 à 2016.
Béatrice Nuselovici (Gonzalés-Vangell) agrégée d’allemand et titulaire d’un doctorat en lettres et civilisation germaniques, auteur de nombreux ouvrages. 
Elle a vécu 23 ans à Berlin.
En novembre 1989, les Berlinois de l’ouest de la ville exprimaient leur crainte de voir ce territoire qui était un espace de liberté, livré à la bureaucratie de Bonn. D’autres ennemis la guettaient : le tourisme de masse et la spéculation immobilière. Que devient le mur de Berlin aujourd’hui ?
http://www.lamarseillaise.fr/culture/patrimoine/77422-le-sudwall-cet-encombrant-heritage-de-l-occupation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.