Archives de catégorie : Langage

30/05/22 – 61 la Canebière
LES DICTIONNAIRES EXISTENT… ET ÉVOLUENT
Núria GALA & Médéric GASQUET-CYRUS– Langage

Les dictionnaires existent… et évoluent. Mais, sont-ils voués à disparaître ?

En quatre siècles d’histoire, l’objet dictionnaire s’est adapté aux besoins et aux courants idéologiques des époques. L’avènement de l’informatique a bouleversé non seulement les méthodes de création mais aussi l’usage que chacun en fait. Si les artisans du XVIIe siècle consacraient une vie entière à la construction d’un dictionnaire, ce sont aujourd’hui des employés des grandes maisons d’édition qui s’appuient sur des outils d’ingénierie linguistique. Côté usager, quelles possibilités nouvelles offre la technologie du XXIe siècle ? Y aura-t-il encore des dictionnaires dans le futur ?

Nuria Gala Maître de conférence Aix-Marseille Université Enseignante-chercheur en Sciences du Langage Co-responsable de l’axe scientifique Cognition et Langage, Institut Carnot Cognition

Médéric Gasquet-Cyrus Maître de conférences au Département des Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) et chercheur au Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309 CNRS)

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

09/05/22 – 61 la Canebière
LES DICTIONNAIRES
Médéric GASQUET-CYRUS & Nùria GALA– Langage

LE dictionnaire, ça n’existe pas ! Normes & idéologies dans les dictionnaires de langue française

Les dictionnaires jouent un rôle important dans l’histoire et la construction des langues. Derrière le fétichisme « du » dictionnaire qui sévit aujourd’hui encore en France (des joueurs de Scrabble aux suiveurs de l’Académie française en passant par… à peu près tout le monde !), il existe des dizaines d’ouvrages qui dessinent les contours et les normes de la langue française, avec des formes et des idéologies différentes. Ouvrons « les » dictionnaires pour mieux les comprendre… et pour mieux comprendre la complexité de ce qu’est une langue.

Nuria Gala 
Maître de conférence Aix-Marseille Université Enseignante-chercheur en Sciences du Langage  Co-responsable de l’axe scientifique Cognition et Langage, Institut Carnot Cognition 

Médéric Gasquet-Cyrus
Maître de conférences au Département des Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) et chercheur au Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309 CNRS)

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

02/05/22 – 130 avenue du Prado
CORPS, LANGAGE ET LANGUES
Sandrine ESCHENAUER – Langage

Corps, langage et langues : communiquer, ce n’est pas que dans la tête !

Les compétences de communication sont omniprésentes dans nos actions sociales et répondent à un besoin d’adaptation au milieu : on communique sur internet, dans le monde de l’entreprise, du marketing, en politique, dans la rue, à l’école ou l’université, dans les familles… Les interactions sociales passent par le langage et les langues. Mais qu’entendons-nous précisément lorsque nous parlons de communication ? De langage ? D’interactions ? De langues vivantes (étrangères) ? Quelles implications ces assertions ont-elles sur la formation en langues ?

Dans cette communication, nous nous attarderons sur l’ancrage biologique du langage. En d’autres termes, nous verrons que communiquer, ce n’est pas que dans la tête, mais c’est notre corps tout entier qui agit, y compris dans la « pensée silencieuse » (Trocmé-Fabre, 2012). Nous présenterons les apports des neurosciences cognitives, affectives et sociales (Damasio, 2010; Decety & Ickes, 2011) et plus particulièrement du paradigme transdisciplinaires de l’énaction (Varela, 1989; Varela, 1996) pour la recherche en didactique des langues et ses applications sur le terrain scolaire (Aden, 2015; Eschenauer, 2017, 2020). Ce paradigme à la croisée des neurosciences et de la phénoménologie nous permet de considérer la place de l’empathie dans la nature émotionnelle, sensorielle, kinesthésique et cognitive de la communication langagière. (Ganczarek et al., 2018; Iacoboni & Brain, 2005; Thirioux & Berthoz, 2010), comme le notait déjà Vischer dans sa thèse (Vischer, 1873).

Bibliographie :

Aden, J. (2015). Vers une pédagogie de la relation à autrui : Langues et empathie. PP. Bureau & O. Zanna (Eds.). Les dossiers EPS, Corps et climat scolaire.

Damasio, A. R. (2010). L’Autre moi-même : Les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions. Odile Jacob.

Decety, J., & Ickes, W. (2011). The Social Neuroscience of Empathy. The MIT Press.

Eschenauer, S. (2017). Médiations langagières dans une pédagogie énactive au collège. Étude longitudinale des liens entre les phénomènes de translangageance, d’empathie et d’expérience esthétique et leur impact cognitif dans un enseignement performatif des langues vivantes. Thèse de doctorat. Université Paris-Est.

Eschenauer, S. (2020). Le corps translangageant médiateur de sens. Une approche énactive-performative des apprentissages de langues vivantes à l’école. TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 36, Article 36. https://doi.org/10.4000/tipa.3672

Ganczarek, J., Hünefeldt, T., & Olivetti Belardinelli, M. (2018). From “Einfühlung” to empathy : Exploring the relationship between aesthetic and interpersonal experience. Cognitive Processing, 19(2), 141 145. https://doi.org/10.1007/s10339-018-0861-x

Iacoboni, M., & Brain, A. (2005). Understanding others : Imitation, language, empathy.

Thirioux, B., & Berthoz, A. (2010). Phenomenology and physiology of empathy and sympathy : How intersubjectivity is the correlate of objectivity. In J. Aden, T.

Sandrine Eschenauer est Maîtresse de Conférences en didactique des langues et du plurilinguisme. Rattachée au laboratoire Parole et Langage (LPL UMR 7309, CNRS et AMU), elle est responsable adjointe de la Mention 2 du Master MEEF à l’INSPE d’Aix-Marseille Université (AMU) sur le site d’Aix-en Provence. Elle y est également chargée de la formation initiale en didactique des langues des professeurs des écoles, et des enseignants de langues du second degré. En deçà des spécificités des disciplines, elle s’intéresse aux compétences psychosociales qui relèvent de phénomènes et de compétences transversales propres aux processus cognitifs et au langage. 

Depuis 2020, elle est également co-responsable de l’axe éducation de l’Institut de Créativité et d’Innovation d’AMU (InCIAM).

Enfin, elle est membre fondateur du Master MEEF Formation de Formateurs Art’Enact, Université Paris-Est Créteil (UPEC), et membre élu du CA de l’ACEDLE.

Ses recherches portent principalement sur les médiations langagières, l’empathie corrélée à l’expérience esthétique comme leviers de la cognition et de la flexibilité langagière (la translangageance), les processus attentionnels, l’impact des approches performatives-énactives sur l’apprentissage des langues et l’apport de la neuro-pédagogie à la didactique des langues.

25/04/22 – 61 la Canebière
DE LA PAROLE NORMÉE À LA VARIATION ATYPIQUE
Alain GHIO – Langage

La parole est un phénomène complexe qui peut s’observer avec des perspectives très variées : biologique, cognitive, psychologique, communicative, linguistique, acoustique, sociale…

Face à cette complexité, les chercheurs en linguistique ont eu souvent tendance à rechercher et décrire les phénomènes de façon universelle c’est-à-dire en mettant en avant les observations qui semblent partagées par un ensemble de locuteurs plus ou moins important. Ils établissent alors des « normes » qui sont présentées pour refléter la parole du groupe de locuteurs observé. Pourtant, il existe de nombreux cas où les individus ne rentrent pas dans ce cadre. Un premier cas concerne les dysfonctionnements de la parole dans lesquels des locuteurs ont un trouble neurologique (ex : maladie de Parkinson) ou structurel (ex : lésion de la cavité buccale suite à un cancer) qui entraine des modifications de la parole produite qui s’écarte plus ou moins de la description « normale ». L’analyse de l’écart à la norme est une façon alors de mesurer l’ampleur et les caractéristiques du trouble de la parole. Un second cas « d’atypicité » concerne les variations régionales dans lesquels un ensemble de locuteurs produisent certains sons de la parole de façon différentes que dans d’autres régions. Un cas typique dans notre région est la prononciation des voyelles nasales comme « an », « on », « in » (et « un » qui d’ailleurs ne fait pas partie des phonèmes normatifs du français dans lequel le mot « brin » et « brun » sont décrits comme prononcés de façon identique !). Grâce à des techniques instrumentales, il est possible d’observer l’accent que d’habitude, on entend. Là où les choses se compliquent, c’est quand le chercheur est confronté à de multiples sources de variation comme par exemple, l’étude de la parole de malades de Parkinson dans la région marseillaise où il faut arriver à distinguer les différentes formes d’atypicité par rapport à une parole dite « normale ». Nous aborderons ces questions sous l’angle de la phonétique instrumentée, c’est-à-dire dans la description des sons de la parole avec des données sonores mais aussi physiologiques et aussi dans une approche perceptive.

Alain GHIO
Ingénieur de recherche CNRS
Responsable secteur AéroPhono 
Médaille de cristal du CNRS 2013

Ingénieur en instrumentation au Laboratoire parole et langage, Aix-en-Provence CNRS/Aix Marseille Université
Institut des sciences humaines et sociales Aix-en-Provence

Doctorat en Sciences - Spécialité : traitement du signal 
D.E.A. de phonétique expérimentale, fonctionnelle et appliquée 
Ingénieur de l'École Nationale Supérieure de Physique de Marseille (École Centrale Marseille)

10/01/22 – 130 avenue du Prado
L’égalité homme-femme en langage
Ann Coady – Langage

Que vient faire le langage dans les relations homme-femme, mais aussi dans les identités de genre plus globalement ? Le langage lui-même peut-il être sexiste ou s’agit-il seulement de la façon dont on l’emploie ? Le masculin est-il vraiment générique ? Si oui, d’où vient cette généricité ? Un langage plus inclusif contribue-t-il à combattre le sexisme dans le monde ?

Voici quelques questions que nous allons aborder dans cette présentation sur le langage et genre, une question qui fait débat en France depuis bien longtemps, mais qui a ressurgi depuis ces dernières années avec la question du fameux « point médian ». Même si le point médian ne représente qu’un seul « outil » parmi d’autres pour construire un langage plus inclusif, il a soulevé beaucoup d’interrogations autour du rôle que joue le langage dans la discrimination, et autour du rôle que joue, ou que doit jouer, la langue française.

Ann Coady est professeure agrégée d’anglais à la Faculté des Sciences à Aix-Marseille Université depuis 2006.

Thèse en 2018 à l’Université Sheffield Hallam au Royaume Uni sur le débat sur le langage non sexiste en comparant le français et le anglais.

Ses recherches portent sur le genre et la langue, plus spécifiquement la réforme linguistique féministe en anglais et en français, les discours et les idéologies utilisées dans les débats sur le langage sexiste dans les médias.

Ses intérêts de recherche portent sur la réforme linguistique féministe en anglais et en français, le genre et la langue, les idéologies linguistiques, la linguistique de corpus, la sociolinguistique et l’analyse du discours.

Membre du comité de rédaction de la revue GLAD ! (Revue sur le langage, le genre et les sexualités):
https://journals.openedition.org/glad/

Ses publications récentes :

Elle a publié plusieurs articles sur le langage et le genre, le dernier a été publié fin 2020 dans un dossier spécial des Cahiers du genre intitulé « Genre, langue et politique » :
https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2020-2.htm

L’origine du langage sexiste, Genre et langue, 2018.

29/03/21
Le « poids » des mots
Médéric Gasquet-Cyrus – Langage

Le « poids » des mots

 Médéric Gasquet-Cyrus  
 
 Maître de conférences au Département des Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) et chercheur au Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309 CNRS).  
 
 Ses enseignements et ses recherches, principalement dans le domaine de la sociolinguistique, portent sur les relations entre langage et pouvoir, la sociolinguistique urbaine, la diversité linguistique, les variétés régionales et les accents, notamment la discrimination à l’accent.  
 
 Il produit  l'émission : "Dites le en Marseillais" tous les matins sur France Bleu Provence  
 
 Spécialiste du parler marseillais il est l'auteur de plusieurs livres :
 
 Pour la Sociolinguistique
 Le poids des langues
 Langage et Société
 
 Le Marseillais pour les Nuls
 Le Marseillais de Poche ; Guide de conversation
 Paroles et musiques à Marseille : Les voix d'une ville
 Marseille en V.O. - Livre + CD
 Soupe d'esques
 
 
 La sociolinguistique est une discipline des sciences du langage qui interroge les relations entre langage et société. Cette introduction à la sociolinguistique s’appuiera sur le cas du « parler marseillais », qui nous permettra de voir dans quelle mesure le langage peut être un révélateur qui nous aide à mieux comprendre les dynamiques et les tensions entre les groupes sociaux, et plus globalement le fonctionnement de la société.  
  • Diaporama
  • MGC – Le poids des mots – UPOP 2021

22/03/21
Discrimination à l’accent
Médéric Gasquet-Cyrus – Langage

Discrimination à l’accent

 Médéric Gasquet-Cyrus  
 
 Maître de conférences au Département des Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) et chercheur au Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309 CNRS).  
 
 Ses enseignements et ses recherches, principalement dans le domaine de la sociolinguistique, portent sur les relations entre langage et pouvoir, la sociolinguistique urbaine, la diversité linguistique, les variétés régionales et les accents, notamment la discrimination à l’accent.  
 
 Il produit  l'émission : "Dites le en Marseillais" tous les matins sur France Bleu Provence  
 
 Spécialiste du parler marseillais il est l'auteur de plusieurs livres :
 
 Pour la Sociolinguistique
 Le poids des langues
 Langage et Société
 
 Le Marseillais pour les Nuls
 Le Marseillais de Poche ; Guide de conversation
 Paroles et musiques à Marseille : Les voix d'une ville
 Marseille en V.O. - Livre + CD
 Soupe d'esques
 
 
 La sociolinguistique est une discipline des sciences du langage qui interroge les relations entre langage et société. Cette introduction à la sociolinguistique s’appuiera sur le cas du « parler marseillais », qui nous permettra de voir dans quelle mesure le langage peut être un révélateur qui nous aide à mieux comprendre les dynamiques et les tensions entre les groupes sociaux, et plus globalement le fonctionnement de la société. 

25/01/21
L’étude du sourire en sciences du langage
Mary Amoyal – Langage

L’étude du sourire en sciences du langage : que nous dit cette mimique faciale ?

« L’étude du sourire en sciences du langage : que nous dit cette mimique faciale ? »

Les sciences du langage s’interrogent : Existe-t-il plusieurs types de sourires ? Comment étudier cette expression faciale de manière systématique ? Quel rôle joue le sourire ?

Depuis les années 60, de nombreuses études se sont intéressées aux gestes, mimiques et postures qui font partie de nos interactions quotidiennes. Nous savons désormais que ces différentes modalités langagières font partie intégrante de la communication. Lors de cette présentation, nous verrons comment le sourire est décrit en linguistique, les méthodes pour l’étudier et le rôle qu’il joue dans nos interactions.

« Il ne s’agit pas de faire une opposition entre la communication verbale et la communication non verbale : la communication est un tout intégré » (Winkin, 1981 :24)

Continuer la lecture de 25/01/21
L’étude du sourire en sciences du langage
Mary Amoyal – Langage

18/01/21
Vaincre les difficultés de lecture…
Núria Gala – Langage

Vaincre les difficultés de lecture et de compréhension de textes

L’écrit est omniprésent dans la vie quotidienne et professionnelle. Ne pas pouvoir avoir un accès aux contenus écrits amène les personnes en difficulté à ‘rejeter’ la lecture, que ce soit lors des apprentissages ou plus tard dans la vie d’adulte. Elles rentrent alors dans un cercle vicieux : difficulté, lassitude, abandon, ce qui n’aide pas à vaincre le difficultés car, comme beaucoup d’autres activités cognitives, la lecture s’améliore par la pratique. 
 Quelles conséquences entraine que de se couper de l’écrit ? Mis à part des limitations d’ordre pratique (apprendre, s’informer, se repérer, entre autres), ne pas pouvoir lire dans notre société implique se couper des savoirs, des connaissances, de l’accès au numérique, se couper de l’Histoire, de la littérature, de tout ce qui fait qu’un citoyen s’élève au sens noble du terme. Et cela est profondément injuste. Car ne pas pouvoir lire ou ne pas arriver à comprendre ce qu’on lit n’est pas un choix.  
 Conscients de ces difficultés, de nombreux acteurs se sont emparés du problème et des projets ont vu le jour depuis des années. Nous en présenterons quelques-uns, notamment ceux qui visent un langage ‘clair’, dépourvu de vocabulaire et de structures complexes.  
Núria Gala est enseignante-chercheur en sciences du langage à l’université d’Aix-Marseille depuis 2004, habilitée à diriger des recherches en 2015.
Dans ses travaux de recherche elle s’intéresse aux technologies du langage et aux apports des traitements automatiques dans des domaines liés au lexique.
Depuis 2012, elle étudie la lisibilité des textes et leur complexité linguistique et participe à l’élaboration d’outils et de ressources pour l’adaptation semi-automatique de textes dans le but de fournir des aides à la lecture et à l’apprentissage du vocabulaire à des publics en difficulté.
 
Elle est l’auteure d’une soixantaine de publications dont deux ouvrages co-édités, deux actes de conférences, des revues, des articles dans des congrès, etc.
https://nuriagala.wordpress.com/

14/12/20
Comment reconnait-on la voix d’autrui ?
Christine Meunier – Langage

Comment reconnaît-on la voix d’autrui?
Une question préliminaire pourrait être « Est-on capable de reconnaître la voix d’autrui? ». Vous me direz: « oui, bien sûr, je reconnais sans problème la voix de ma fille ». Mais il est peu probable que vous soyez aussi sûr de vous en écoutant la voix d’une personne que vous n’avez jamais rencontrée. On voit donc que la question n’est pas si simple et nous invite à appréhender la reconnaissance de la voix avec précaution.
Par quels processus un auditeur peut (ou ne peut pas) identifier une voix? Certains animaux semblent plus performants que l’humain dans la reconnaissance de la voix d’un congénère, mais l’information à traiter est bien différente entre la voix d’un manchot et celle d’un humain. La parole humaine est dotée d’informations riches et complexes et les caractéristiques d’un individu sont dispersées au travers d’un grand nombre de dimensions aussi bien physiologiques (la voix), que linguistique (le lexique, la syntaxe, la prosodie, etc.). Comprendre comment un auditeur est capable d’identifier la parole d’un individu (et pas uniquement sa « voix ») nous invite à questionner l’ensemble de ces phénomènes et leur pertinence pour la perception humaine.
Cette question n’est pas uniquement une question de recherche fondamentale, elle est également cruciale pour certaines affaires criminelles.
Christine Meunier
Directrice de recherche
Habilitée à diriger des recherches
Correspondante information scientifique et technique

Son domaine de recherche est la production et la perception de la parole et ma spécialité disciplinaire est la phonétique expérimentale. Je cherche à comprendre le fonctionnement global de la variation de la parole dans un cadre linguistique. Sa démarche est donc à la fois descriptive, expérimentale et interprétative.
L’originalité de sa démarche consiste ainsi à positionner la variation de la parole dans un prisme de facteurs (situations de parole, pathologies, langues) qui permettent de mieux comprendre sa dynamique complexe. Les applications concernant ses travaux sont nombreux et concernent aussi bien les pathologies de la parole que les apprentissages des langues ou encore l’amélioration des outils de Traitement Automatique de la Parole.

Elle est l’auteure de nombreuses publications dans des revues, des chapitres d’ouvrages, dans des congrès…
http://www.lpl-aix.fr/contact/christine-meunier/

07/12/20
L’accès au(x) français par des personnes migrantes
Émilie Lebreton – Langage

L’accès au(x) français par des personnes migrantes

En matière d’enseignement du français pour des personnes migrantes (enfants, mineurs non-accompagnés, adultes), les initiatives étatiques et non-étatiques se sont multipliées ces dernières années. Si la perspective d’insertion sociale, scolaire et professionnelle est évidente, elle soulève tout de même des questions quant à la manière d’enseigner le français, et quel français, pour ces apprenants dits « spécifiques ». A l’appui d’ expériences de recherche menées dans divers dispositifs linguistiques, il s’agira d’interroger les décalages existants entre des préconisations institutionnelles, des représentations de professionnel.les et bénévoles, et des projets de ces personnes qui souhaitent accéder au(x) français. Cette mise en question, nous permettra de discuter des possibles « pas de côté » à effectuer pour penser à la fois l’enseignement et l’apprentissage du français et la question des (in)égalités, en particulier pour ces personnes.

Émilie Lebreton
Maître de conférences au Laboratoire Parole et Langage Aix-Marseille Université 
Docteure de Sciences du Langage Français Langue Étrangère 

Publications « Appropriation linguistique et “ femmes migrantes“ : apports et enjeux du genre » 
« Des besoins langagiers à la formation linguistique : Enjeux et limites des processus d’identification » 
« Des formations linguistiques pour adultes migrants aux formations professionnelles : Un parcours semé d’embûches ? » 
« Le paradigme de la pluralité : quel rôle et quelle place dans les formations linguistiques pour adultes migrants ? » 
« Expression de la diversité dans les formations linguistiques pour adultes migrants en France : Croiser les perceptions et les interprétations » 
« Ouverture à la pluralité dans les formations linguistiques des migrants : développer une compétence plurilingue : un défi didactique ? »

REportée
Le sourire en sciences du langage

Mary Amoyal

 « Le sourire en sciences du langage  » 
Les sciences du langage s’interrogent : Qu’est-ce qu’un sourire ? Comment étudier cette expression faciale universelle de manière systématique ?
Depuis les années 60, de nombreuses études se sont intéressées aux gestes, mimiques et postures qui font partie de nos interactions quotidiennes. Nous savons désormais que ces différentes modalités langagière font partie intégrante de la communication. Lors de cette présentation, nous verrons comment le sourire est décrit en linguistique, les méthodes pour l’étudier et le rôle qu’il joue dans nos interactions.

« Il ne s’agit pas de faire une opposition entre la communication verbale et la communication non verbale : la communication est un tout intégré » (Winkin, 1981 :24)
Doctorante Laboratoire Parole et Langage
Intérêt de recherche. Conversation, multimodalité, sourire, convergence, Linguistique Interactionelle.
Publications. Amoyal, M., & Priego-Valverde, B. (2019)

Thèse : L'impact du common Ground sur le fonctionnement de la conversation à travers une analyse des sourires lors des transitions thématiques

Reportée
Genre et positions idéologiques

Julie Abbou 14/03/20

Genre et positions idéologiques

Agir sur la langue pour agir sur le monde
Résumé : La dimension agissante de la langue sur le monde entraîne avec elle, comme un appel d'air, l'action sur la langue elle-même, et l'action sur la langue n'est jamais loin de se faire action politique.
ingénieure de recherche ILCB 
(Institute of Language and Communication and the Brain)

03/02/20
Pourquoi fait-on des gestes quand on parle ?

Marion Tellier

"Pourquoi fait-on des gestes quand on parle? " 
Lorsque nous parlons, nous faisons spontanément des gestes avec nos mains, souvent sans même en avoir conscience.
Cette conférence explorera les raisons de cette production gestuelle. Est-ce pour aider notre interlocuteur à nous comprendre? Notre interlocuteur regarde-t-il nos gestes? Si nous produisons des gestes pour notre interlocuteur, pourquoi alors faisons-nous des gestes quand nous parlons au téléphone? Les gestes ont-ils une utilité pour celui qui parle? Produit-on les mêmes gestes partout dans le monde ?
Telles sont les questions abordées dans cette conférence.
Professeure des universités en didactique du FLE à Aix Marseille Université (depuis septembre 2016)
Directrice du département de FLE (Aix Marseille université, UFR ALLSH) – 2e mandat en cours.

Représentante du Laboratoire Parole et Langage au conseil scientifique de la Structure Fédérative de recherche en Éducation – SFERE Provence

Responsable du Master 1 spécialité FLES (mention SDL)
Membre élue du conseil du Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309)

Domaines de recherche 

: didactique des langues étrangères, didactique du FLE, études de la gestuelle, formation de formateurs, interaction multimodale, adaptation gestuelle
Domaines d’intervention en formation : dynamique de groupe, activités ludiques pour la classe, méthodologie de la classe de langue, gestes et enseignement/apprentissage d’une langue étrangère, étude du geste coverbal, geste culturel en classe, gestuelle pédagogique, méthodologie de la recherche, recueil et annotation de corpus multimodaux.

Mary Amoyal

Doctorante

Laboratoire Parole et Langage

Intérêt de recherche 

Conversation, sourire, convergence, processus interactionnel.

Thèse en préparation : L’impact du common Ground sur le fonctionnement de la conversation à travers une analyse des sourires lors des transitions thématiques

Communications

Amoyal, M.(2018). « Parlons d’autre chose : L’impact du Common Ground sur les sourires des interlocuteurs lors des transitions thématiques dans la conversation « , JAD Journée Annuelle des Doctorants, 7 décembre, Aix-en-Provence.


Amoyal, M.(2018). « Le sourire nous parle », JLEx Journée des Étudiants en Linguistique Expérimentale, 6 avril, Aix-en-Provence.


Amoyal, M.(2016). « Les langues présentes dans les lieux culturels de la plaine », Colloque des étudiants de L3 de Sciences du Langage, 22 avril, Aix-en-Provence.

Participation aux projets


19/10/2018 et 20/04/2018 : Projet ANR ACCORFORMed (Coordinateur : Philippe Blache)
Formatrice du personnel médical à l’annonce d’évènement indésirable grave – Institut Paoli-Calmettes, Marseille


2016 – 2017 : Stage de recherche auprès d’un enseignant-chercheur (Béatrice Priego-Valverde)
Annotation fonctionnelle des sourires-feedback dans la conversation – Laboratoire Parole et Langage – AMU, Aix-en-Provence


Sept. à Nov. 2016 : Vacation auprès d’un enseignant- chercheur (Olivia Guerin)
Transcription orthographique d’un corpus audio de trois conférences – Laboratoire Parole et Langage – AMU, Aix-en-Provence

Mai à Juillet 2016 :  Projet « Cheese ! » ( Coordinatrice : Béatrice Priego-Valverde)
Annotations de l’intensité des sourires, logiciel Elan – Laboratoire Parole et Langage – AMU, Aix-en-Provence


Mai à Juin 2015 : Projet ANR « CoFee » Conversational Feedback (Coordinateur : Laurent Prévot)
Annotation fonctionnelle du Feedback lexical, logiciel Elan – Laboratoire Parole et Langage – AMU, Aix-en-Provence