Archives de catégorie : Toutes les séances

07/11/22 – 61 La Canebière
Anarchismes
Gabrielle Scarabino, Morgane Bascaules, Maïssa Falha – Philosophie

Anarchismes 

Les courants de pensée se réclamant de l’anarchisme sont si divers que le « s » final semble requis, ne serait-ce que pour interroger la possibilité d’unifier la diversité des pensées critiques du commandement et des pratiques tentant d’expérimenter une vie sociale sans pouvoir hiérarchique. N’est-il pas pour le moins étrange que l’anarchisme reste communément associé à la liberté effrénée de chacun.e alors même qu’il se définit avant tout comme absence de domination, ceci ne pouvant que supposer l’attachement à une organisation sociale capable d’instaurer et maintenir une liberté collective ?  
A l’heure d’une démocratie en crise et d’un Etat inféodé à des logiques économiques, la question d’une politique non étatique se pose avec acuité. A l’heure où trouver des modes de vie compatibles avec la poursuite de la vie sur terre se fait urgent, la question des ancrages locaux et des justes échelles de décisions citoyennes se fait jour. 
Penser la pluralité des anarchismes, c’est emprunter des pistes théoriques aussi bien philosophiques, anthropologiques et psychologiques que strictement politiques ou historiques. La nécessité sociale et écologique de sortir du gigantisme de systèmes aliénants et délétères de production, de consommation et d’échange ne passe-t-elle pas par la capacité de discussion, de décision et d’organisation collectives afin que la liberté ne soit pas celle des seuls riches et puissants de ce monde ? 
L’invitation sera faite d’explorer ensemble gouvernementalités situées, municipalisme libertaire, existences communales, démocratie réelle et autres voies anarchistes susceptibles de faire germer quelques futurs désirables.
 

Morgane Bascaule, Maïssa Falha, Gabrielle Scarabino, sont professeur de philosophie, membres du collectif Les Philosophes publics

24/10/22 – 61 La Canebière
Usages et mésusage des technologies vocales
Jean-François BONASTRE – Sciences

titre possible : " Les technologies vocales sont conviviales et performantes mais font-elles parfois plus que ce que vous souhaitez ? "
Et un résumé :
Les technologies vocales ont connu un grand développement ces dernières années. Elles ont permis d'offrir des services très performants, comme les assistants personnels vocaux, les serveurs vocaux interactifs, l'authentification par la voix,   la commande de dispositifs par la voix, le guidage (GPS) par la voix, la traduction automatique "speech2speech" et bien d'autres. Ces services sont de plus en plus utilisés et, si ils restent perfectibles, amènent  une vraie valeur ajoutée pour beaucoup d'entre nous.
Si cet intérêt pour ces technologies est mérité, la voix et la parole en disent souvent bien plus sur nous-même que le "simple" message linguistique et de nouvelles applications utilisent cet aspect ou pourraient le faire, à votre demande ou à votre insu. Les origines socio-culturelles et éducatives, le stress, la présence d’addictions, de pathologies, le charisme, la séduction, l'attirance, les convictions politiques ou religieuses, la sincérité sont parfois recherchés dans la voix ou la parole. Cette simple possibilité questionne, indépendamment de l'efficacité réelle de ces approches.
De plus, les méthodes d'apprentissage automatique et les données au coeur de ces technologies sont sujettes à différents biais. Ces biais sont inhérents à l'apprentissage automatique, mais ils sont souvent peu connus ou méconnus. Plus que leur existence, cette méconnaissance des biais est propre à reproduire où à amplifier des ques

Jean-François Bonastre est professeur d’informatique (classe exceptionnelle) au LIA, le laboratoire informatique de l’Université d’Avignon, et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France (promotion Junior 2006). JF Bonastre a obtenu son doctorat sur la reconnaissance automatique du locuteur en 1994 et son « Habilitation à Diriger les Recherches » (HDR) en 2000, sur le même thème.
Il est porteur principal de « LIAvignon », la chaire partenariale en Intelligence Artificielle de l’Université d’Avignon, axée sur « le locuteur, la voix et la parole » (liavignon.fr).
Il a été directeur du LIA de 2016 à 2020, administrateur provisoire de l’Université d’Avignon (août 2015-décembre 2015) et vice-président (en charge du conseil d’administration) de l’Université d’Avignon (2008-2015).
Jean-François Bonastre a été président de l’International Speech Communication Association (ISCA) de 2011 à 2013 et président de l’Association Francophone de la Communication Parlée de 2000 à 2004. Il a été nommé « ISCA Fellow Member » en 2021. Il est membre senior de l’IEEE et a été élu membre du comité technique de l’IEEE sur la parole et le langage et du conseil de biométrie de l’IEEE. Il est l’un des fondateurs du groupe de l’ISCA « Speaker and Language Characterization » (SPLC).
Jean-François Bonastre a été membre du comité scientifique du Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM) de 2016 à 2020. Il a supervisé 21 doctorats soutenus et supervise actuellement 5 doctorants. Il est l’auteur ou le coauteur de plus de 200 articles, avec +7400 citations (h-index de 41) et trois brevets.

17/10/22 – 130 avenue du Prado
Histoire du fascisme
Stéphane RIO – Histoire

Le fascisme est le nom que le mouvement et le régime de Mussolini se sont donné. Le terme provient de la fondation après la Première Guerre mondiale, par Mussolini, du mouvement « Fasci italiani di combattimento » (« faisceaux italiens de combat »), à l’origine des termes « fasciste » et « fascisme ».

L’histoire de l’Italie fasciste, couramment désignée en Italie sous le terme de double décennie fasciste (ventennio fascista) ou simplement double décennie (ventennio), comprend la période de l’histoire du royaume d’Italie qui va de la prise du pouvoir par Benito Mussolini en 1922 jusqu’à la fin de sa dictature le 25 juillet 1943.

Par extension, on associe à cette définition toute la période de l’histoire de l’Italie qui va de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale (1918-1945) ou la période allant de 1925, lorsque le Parti national fasciste est déclaré parti unique, à 1945, avec la dissolution de la République sociale italienne (RSI).

Stéphane Rio
Professeur agrégé  d’histoire 
Professeur d’histoire et géographie en classe préparatoire à Marseille

10/10/22 – 61 la Canebière
Le nouveau business de la vidéosurveillance
Clément POURÉ – Sciences

Le nouveau business de la vidéosurveillance https://www.mediapart.fr/journal/france/080522/des-algorithmes-au-coin-de-la-rue-ou-le-nouveau-business-de-la-videosurveillance-automatisee

Clément POURÉ est journaliste indépendant et membre du collectif Hors cadre.
Son travail s’intéresse aux questions de numérique et de discriminations. Ses enquêtes portent aussi sur la surveillance.

03/10/22 – 130 avenue du Prado
Philosophie de la rencontre – Lévinas
Yves PILLANT – Philosophie

Comment penser notre société à partir de la rencontre ?

Simplement dire « la » société, n’est-ce pas exagéré ? N’est-ce pas croire que notre conscience est capable d’embrasser une entité aussi diverse ? N’est-ce pas faire de nos relations vécues une extrapolation vers une masse indéfinie ? Qu’alimente-t-on de la politique quand on fréquente les généralités, ces englobants qui parlent des « jeunes », des « migrants », des « handicapés » ?

Le propos tentera de penser notre vie ensemble en en refusant toute totalisation. A la suite de Levinas, nous ouvrirons cette interrogation : « Le social, avec ses institutions, ses formes universelles, ses lois, provient-il de ce qu’on a limité les conséquences de la guerre entre les hommes, ou de ce qu’on a limité l’infini qui s’ouvre dans la relation éthique de l’homme à l’homme ? »

Yves PILLANT
Docteur en Philosophie
École doctorale : Cognition, Langage, Éducation
Unité de recherche : Institut d’Histoire de la Philosophie.
Thèse : Une politique de la vulnérabilité est-elle « pensable » ?
Responsable du laboratoire de recherche en travail social IMF

26/09/22 – 61 la Canebière
Philosophie de la rencontre – Lévinas
Yves PILLANT – Philosophie

La modernité s’essouffle tant la considération de l’Homme indépendant, autonome, volontaire et décideur a montré ses excès de maîtrise et ses failles. Y aurait-il un autre commencement que la conscience et le savoir ? Ne sommes-nous pas rencontres ? Mais alors tout ne part plus de moi ; il y va de l’autre. La première partie tente d’élaborer une phénoménologie de la rencontre. Mais la rencontre se limite au face à face. Pourrait-elle nous emmener au-delà jusqu’à une reconsidération de la justice, de la politique, de la société ? La seconde partie présente une articulation entre ces dimensions de notre réalité commune. La rencontre serait alors ce qui permet de penser une société qui n’absorbe rien de nos singularités, et d’envisager la dimension politique à l’endroit d’une vulnérabilité partagée.

Yves PILLANT
Docteur en Philosophie
École doctorale : Cognition, Langage, Éducation
Unité de recherche : Institut d’Histoire de la Philosophie.
Thèse : Une politique de la vulnérabilité est-elle « pensable » ?
Responsable du laboratoire de recherche en travail social IMF

19/09/22 – 130 avenue du Prado
Les licences libres en droit d’auteur
Philippe MOURON – Sciences

Maître de conférences HDR en droit privé

Philippe Mouron
Maître de conférences HDR en droit privé 
Docteur en droit - Maître de conférences HDR en droit privé

Spécialités: droit de la propriété intellectuelle, droit de la communication, droit des libertés fondamentales, droit administratif, droit des nouvelles technologies, droit de la presse, licences libres

12/09/22 – 61 la Canebière
Simone de Beauvoir : l’exigence de liberté.
Isabelle GRAS – Histoire

“Simone de Beauvoir, une vie et une œuvre portées par l’exigence de liberté. “
Au printemps 1930, Simone de Beauvoir, âgée de 22 ans, écrit dans son carnet : « Je ne peux pas me résigner à vivre et que ma vie ne serve à rien. » Philosophe, romancière, militante politique et féministe, Simone de Beauvoir a traversé le XXe siècle tumultueux en portant un regard lucide sur les combats à mener. Son parcours est d’autant plus remarquable si l’on considère la place que la société accordait alors aux femmes. Cette intellectuelle française a voué sa vie et son œuvre au triomphe de la liberté et à la défense des droits humains. À propos de son autobiographie, elle dira : « Le “je” dont je me sers est très souvent en vérité un “nous” […] qui fait allusion à l’ensemble de mon siècle. ».

Isabelle Gras est diplômée de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence et titulaire d’un Master 2 en administration publique. Conservatrice des bibliothèques au Service Commun de la Documentation de l’Université d’Aix-Marseille, elle est responsable des publications numériques en sciences et chargée de mission sur les enjeux d’Open Access et de droit d’auteur. A ce titre, elle co-anime le groupe de travail national Éthique et Droit pour la diffusion des données en SHS et participe au projet Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche

Elle est par ailleurs chargée d’enseignement en culture générale et en sciences de l’information et de la communication à l’IEP d’Aix-en-Provence ainsi qu’à l’Université d’Aix-Marseille où elle intervient également dans le cadre de la préparation aux concours des bibliothèques.

05/09/22 – 130 avenue du Prado
Une autre conception de la liberté
Les modes de pensées qui ont structuré la Chine
Danielle BLEITRACH – Sociologie

Les modes de pensées qui ont structuré la Chine

Les Orientaux privilégient l’unité, les Occidentaux, l’opposition.
D’un côté, une vision intégratrice qui correspond à un mode de pensée totalisant ou organique. De l’autre, un raisonnement linéaire et mécaniste fondé sur l’exclusion qui a excellé dans le développement des sciences et de la logique. Alors que le propre de la philosophie chinoise est d’explorer les voies de l’unité.
C’est en transformant leur environnement que les Occidentaux cherchent les voies de la liberté, alors que les Chinois les cherchent en eux-mêmes en tâchant de mettre en harmonie monde intérieur et milieu extérieur.

Danielle Bleitrach est sociologue, journaliste, essayiste et romancière.
Elle a été maître de conférence au Laboratoire de sociologie industrielle du département de sociologie et d'ethnologie de l'Université de Provence.
Elle a dispensé des cours sur la « sociologie de l'État » à l'Institut d'études politiques de Grenoble.
Elle a également été membre du Comité national du Centre national de la recherche scientifique
Rédactrice en chef adjointe de l’hebdomadaire du parti communiste Révolution et a collaboré aux revues La Pensée, Les Temps modernes et Le Monde diplomatique.
Elle a co-rédigé de nombreux ouvrages de sociologie sur la classe ouvrière et l’urbain.

COMAGUER est une émission de point de vue sur la géopolitique et l’actualité internationale présentée par Bernard Genet chaque mardi de 15h à 16h sur Radio Galère à Marseille.

Rencontre avec Danielle Bleitrach qui présente son dernier livre

27/06/22 – 61 la Canebière
DE L’INFLUENCE DES ÉTOILES ET DES PLANÈTES SUR LA DESTINÉE DE L’HUMANITÉ
Fabrice FEINSTEIN – Sciences

C’est l’étude du mouvement des planètes et de ses irrégularités qui a conduit Kepler, Galilée et Newton à construire la physique moderne, basée sur des concepts qui heurtaient le bons sens, et contredisaient les auteurs antiques et le dogme chrétien. Ces résultats et la méthode scientifique utilisée pour les établir ont influé notre civilisation d’une façon très concrète. Je résumerai cette aventure en revenant sur certains de ces concepts, qui vont parfois à l’encontre de notre intuition.

Fabrice FEINSTEIN est professeur à l’université d’Aix-Marseille. Au sein du Centre de Physique des Particules de Marseille, il fait partie d’un groupe qui se prépare à l’exploitation d’un grand télescope en construction au Chili, équipé de la plus grande caméra du monde, 3,2 milliards de pixels. Cet observatoire Vera Rubin détectera l’explosion d’étoiles aussi brillantes que 10 milliards de soleils, les supernovas. Cela permettra d’étudier l’expansion de l’Univers qui accélère sous l’effet d’une énergie noire, d’origine encore mystérieuse.

20/06/22 – 130 avenue du Prado
S’ENGAGER ICI POUR LÀ-BAS : VIVRE LA RÉVOLUTION ÉGYPTIENNE EN MIGRATION
Célia LAMBLIN – Sociologie

Depuis le choc pétrolier, des Égyptiens tentent d’échapper à la précarité et à d’autres considérations d’ordre religieux, politique ou familial, et se tournent notamment vers les pays européens. Les flux migratoires d’Égypte vers l’Europe correspondent à un phénomène durable aussi invisible qu’inégalement réparti entre les pays européens, et ce depuis les années 1980. Si un regain d’intérêt médiatique et scientifique est à noter concernant les mobilisations politiques dans les pays arabes, il ne faut pas oublier que ces mobilisations ont aussi eu un écho dans des pays d’installation où les ressortissants se sont organisés parfois pour la toute première fois. C’est d’ailleurs le cas des Égyptiens installés en France pour qui la « révolution du 25 » a marqué le point de départ d’une structuration collective sans précédent.

Célia LAMBLIN, docteur en sociologie du Laboratoire méditerranéen de sociologie et du laboratoire Population-environnement et développement de Marseille

Rencontre reportée
À GAUCHE DE L’IMPOSSIBLE
Edwy PLENEL

À gauche de l’impossible est un plaidoyer contre les raccourcis qui, faisant miroiter des succès électoraux immédiats, épousent la culture politique dominante, celle-là même qu’une gauche émancipatrice devrait mettre en cause : verticalité du pouvoir, césarisme présidentiel, intolérance au pluralisme, absence de culture démocratique, mépris des mobilisations populaires, rejet des causes communes de l’égalité, incompréhension des nouvelles luttes écologistes, antiracistes et féministes.
La catastrophe ne se conjugue pas au futur, elle est dans le présent : un présent d’aliénation et de domination où s’entremêlent les désastres sécuritaires, sanitaires, écologiques, sociaux et démocratiques. Il ne s’agit plus de l’éviter, mais de l’affronter en cessant de s’illusionner : la réponse ne viendra pas d’en haut, d’experts prétendus ou de gouvernants discrédités, mais du sursaut de la société, de ses inventions et de ses mobilisations.
Si la gauche politique est en peine, c’est parce qu’elle s’est détachée de la société qui la légitimait pour s’identifier à l’État dont elle revendique la gestion. Or être de gauche, sur la durée, ce n’est pas vouloir absolument le pouvoir, c’est d’abord défendre la société contre les abus des pouvoirs, qu’ils soient étatiques, politiques ou économiques, sociaux ou culturels, entremêlant domination sociale, discrimination raciste et oppression patriarcale.
Alors que l’effondrement menace, dans un mélange de destruction du vivant et de déshumanisation du monde favorable aux fuites en avant autoritaires et identitaires, la porte étroite du salut est dans ce pari sur l’impossible.

Edwy Plenel est journaliste, directeur et cofondateur de Mediapart.

À GAUCHE DE L’IMPOSSIBLE

Essais, récits et reportages

    La République inachevée. L'État et l'école en France, Paris, Payot, 1985 ; Stock, 1997 ; Biblio « Essais », 1999.
    Voyage avec Colomb, Paris, Le Monde-Éditions, 1991 (traduit en japonais par Shobun-sha).
    La Part d'ombre, Paris, Stock, 1992 ; Gallimard, « Folio Actuel », 1994.
    Un temps de chien, Paris, Stock, 1994 ; Gallimard, « Folio Actuel », 1996.
    Les Mots volés, Paris, Stock, 1997 ; Gallimard, « Folio Actuel », 1999.
    L'Épreuve, Paris, Stock, 1999.
    Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001 ; Gallimard, « Folio », 2003 prix Médicis essai 2001.
    La Découverte du monde, Paris, Stock, 2002 ; Gallimard, « Folio Actuel », 2004 (traduit en coréen par Maumsan).
    Procès, Paris, Stock, 2006 (prix du Journal du Centre) ; Gallimard, « Folio », 2007.
    Le Journaliste et le Président, Paris, Stock, 2006.
    Combat pour une presse libre. Le manifeste de Mediapart, Paris, Galaade, 2009 (traduit en espagnol par Edhasa; en arabe par Sefsafa).
    Le Droit de savoir, Paris, Don Quichotte, 2013 ; Seuil, « Points », 2014.
    Dire non, Paris, Don Quichotte, 2014; Seuil, « Points », 2015.
    Pour les musulmans, Paris, La Découverte, 2014 ; La Découverte/Poche, 2016 ; nouvelle édition augmentée, La Découverte/Poche, 2021 (prix Fetkann de la mémoire 2014), (traduit en arabe par Al Doha Magazine; en anglais par Verso).
    La Troisième Équipe. Souvenirs de l'affaire Greenpeace, Paris, Don Quichotte, 2015; Seuil, « Points », 2016.
    Dire nous. Contre les peurs et les haines, nos causes communes, Paris, Don Quichotte, 2016; Seuil, « Points », 2017.
    Voyage en terres d'espoir, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l'Atelier, 2016.
    Le devoir d'hospitalité, Paris, Bayard, 2017.
    La valeur de l'information, Paris, Don Quichotte, 2018; Seuil, « Points », 2019.
    La victoire des vaincus. À propos des gilets jaunes, Paris, La Découverte, 2019, 190 pages.
    La sauvegarde du peuple. Presse, liberté et démocratie, Paris, La Découverte, 2020.
    Tous les films sont politiques. Avec Costa-Gavras, Seuil, « Points », 2021.
    Le Président de trop, nouvelle édition augmentée de La question française, La Découverte-Poche, 2021.
    À gauche de l'impossible, La Découverte, Cahiers libres, 2021.

Recueils

    L'Effet Le Pen (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, La Découverte-Le Monde, 1984.
    Mourir à Ouvéa. Le tournant calédonien (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, La Découverte-Le Monde, 1988.
    La République menacée. Dix ans d'effet Le Pen (en collaboration avec Alain Rollat), Paris, Le Monde-Éditions, 1992.
    Chroniques marranes, Paris, Stock, 2007.
    Le Président de trop, Paris, Don Quichotte, 2011.

Entretiens

    La Nation à l'épreuve (dialogue avec Alain Finkielkraut), Paris, Éditions du Tricorne-France Culture, 2000.
    Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, L'affaire Clichy, Paris, Stock, 2006.
    François Hollande, Devoirs de vérité, Paris, Stock, 2006.
    Faut-il croire les journalistes? (entretiens de Philippe Gavi avec Serge July, Jean-François Kahn et Edwy Plenel), Paris, Mordicus, 2009.
    Dialogue avec Benjamin Stora, Le 89 arabe, Paris, Stock, 2011, (ISBN 978-2-2340-7112-4).
    Notre France (conversation avec Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar), Paris, Sindbad/Actes Sud, 2011.

Préfaces et contributions

    à Jean-Pierre Favereau, Blues Outremer, Paris, Contrejour, 1991.
    à Joseph Fouché, Mémoires, Paris, Arléa, 1993.
    à François Maspero, L'honneur de Saint-Arnaud, Paris, Seuil, « Points » 1995.
    à Christine Daure-Serfaty, Lettres du Maroc, Paris, Stock, 2000.
    à Seymour Hersh, Dommages collatéraux, Paris, Denoël, 2005.
    à Des nouvelles de La Fontaine, recueil collectif, Paris, Gallimard, 2007.
    à Robert E. Park, Le journaliste et le sociologue, Paris, Seuil, 2008.
    à Edgar Morin, plans rapprochés, revue Communications, no 82, Paris, Seuil, 2008.
    à Jean-Georges Chali, Vincent Placoly, un créole américain, Fort-de-France, Desnel, 2008.
    à Michel Vinaver, Côté texte / Côté scène, hors série Revue d'études théâtrales, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2008.
    à François Maspero et les paysages humains, Lyon, A plus d'un titre/La fosse aux ours, 2009.
    à Rosa, la vie. Lettres de Rosa Luxemburg, choisies et traduites par Anouk Grinberg, Paris, Éditions de l'Atelier, 2009.
    à Yoran Brault, Concevoir et déployer ses sites web avec Drupal, Paris, Eyrolles, 2009.
    à la rédaction de Mediapart, N'oubliez pas! Faits et gestes de la présidence Sarkozy. Décryptage au jour le jour d'une contre-révolution, Paris, Don Quichotte, 2010.
    à Daniel Bensaïd, revue Lignes, no 32, Paris, Nouvelles Éditions Lignes, 2010.
    à la rédaction de Mediapart, L'affaire Bettencourt. Un scandale d'État, Paris, Don Quichotte, 2010.
    à Thierry Ternisien d'Ouville, Réinventer la politique avec Hannah Arendt, Paris, Éditions Utopia, 2010.
    à Pierre Puchot, Tunisie, la révolution arabe, Paris, Galaade, 2011.
    à la rédaction de Mediapart, Finissons-en! Faits et gestes de la présidence Sarkozy (tome 2). Décryptage au jour le jour de la faillite d'un système, Paris, Don Quichotte, 2012.
    à Jean-Noël Cuénod, Quinquennat d'un plouc chez les bobos, Genève, Slatkine, 2012.
    à Patrick Artinian, Visages de France 2012, Ma campagne électorale, Paris, Manitoba / Les Belles Lettres, 2012.
    à Jean-Pierre Vernant Dedans Dehors, revue Le genre humain, no 53, Paris, Seuil / Maison de l'Amérique latine, 2013.
    à Fabrice Arfi, L'Affaire Cahuzac – En bloc et en détail, Paris, Don Quichotte, 2013.
    à Jean Baubérot, Une si vive révolte, Paris, Éditions de l'Atelier, 2014.
    à la rédaction de Mediapart, Qu'ont-ils fait de nos espoirs ? Faits et gestes de la présidence Hollande. Décryptage au jour le jour d'un stupéfiant reniement, Paris, Don Quichotte, 2015.
    à Roberto Scarpinato, Le Retour du Prince, Pouvoir et criminalité, Lille, La Contre Allée, 2015.
    à Fabrice Arfi, La République sur écoute. Chroniques d'une France sous surveillance, Paris, Don Quichotte, 2015.
    à Jean-Michel Le Boulanger, Manifeste pour une France de la diversité, Brest, Dialogues, 2016.
    à María Santos-Sainz, Albert Camus, periodista, Madrid, Libros.com, 2016; Paris, Éditions Apogée, 2019.
    à Costa-Gavras, Costa-Gavras : Intégrale Vol. 1 (1965-1983), Paris, Arte Editions, 2016.
    à Croire, s'engager, chercher, autour de Jean Baubérot, du protestantisme à la laïcité, Belgique, Brepols/EPHE, 2016.
    à la rédaction de Mediapart, Sonnons l'alarme ! Faits et gestes de la présidence Hollande. Décryptage au jour le jour d'une catastrophe annoncée, Paris, Don Quichotte, 2017.
    à Paul Alliès, Le rêve d'autre chose. Changer la République ou changer de République, Paris, Don Quichotte, 2017.
    à Images Singulières, La France vue d'ici, Paris, Éditions de la Martinière, 2017.
    à Daniel Bensaïd, Jeanne, de guerre lasse. Chroniques de ce temps, Paris, Don Quichotte, 2017.
    à Mathieu Magnaudeix, Macron & Cie. Enquête sur le nouveau président de la République, Paris, Don Quichotte, 2017.
    à Costa-Gavras, Costa-Gavras : Intégrale Vol. 2 (1985-2012), Paris, Arte Editions, 2017.
    à Jean Schwœbel, La presse, le pouvoir et l'argent, Paris, Seuil, 2018.
    à Christelle Dormoy-Rajramanan; Boris Gobille et Erik Neveu, Mai 68 par celles et ceux qui l'ont vécu, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l'Atelier, 2018.
    à Greenpeace : une histoire d'engagement, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2019.
    à Léon Trotsky, Ma vie, Paris, Éditions du Détour, 2019.
    à Albert Londres, Au Bagne suivi de Adieu Cayenne et Terre d'Ébène, Fort-de-France, Idem éditions, 2019.
    à Joseph Confavreux et Mediapart, Une décolonisation au présent. Kanaky, Nouvelle-Calédonie: notre passé, notre avenir, Paris, La Découverte, 2020.
    à Lisa Fittko, Le Chemin Walter Benjamin116. Souvenirs 1940-1941, Paris, Seuil, 2020.
    à Stéphanie Besson, Trouver refuge. Histoires vécues par-delà les frontières, Grenoble, Glénat, 2020.
    à Bondy Blog, Jusqu'à quand ?, Paris, Fayard, 2020.
    à Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Manifestes, Paris, La Découverte, 2021.
    à Fabrice Riceputi, Ici on noya les Algériens. La bataille de Jean-Luc Einaudi, Paris, Le Passager Clandestin, 2021.
    à Émile Zola, Paris, Seuil, « Points Classiques », 2021.
    à collectif, Terre d'humanité. Un chœur pour Mimmo, Paris, Le Merle Moqueur, 2022.
    à Marie-Laure Morin, Faire de l'étranger un hôte. L'hospitalité : un droit fondamental, Paris, Syllepse, 2022.

13/06/22 – 61 la Canebière
IMPOSTURES INTELLECTUELLES
Denis CAROTI – Philosophie

L’utilisation d’un jargon scientifique pour impressionner le quidam n’est pas l’apanage des charlatans : l’usage plus subtil de concepts mathématiques ou physiques pointus, notamment pour alimenter des analogies et extrapolations abusives, se retrouvent dans les textes de nombreux auteurs bien connus, et participe à la désinformation scientifique actuelle. Dénoncées par Alan Sokal et Jean Bricmont il y a plus de 20 ans, ces « impostures intellectuelles » s’appuient essentiellement sur la perméabilité de nos mécanismes de défenses cognitives face à des discours complexes et en apparence érudits . Comment pouvons-nous les déceler et les désamorcer ?

Denis Caroti, Docteur en philosophie, formateur académique et chercheur associé au Centre Gilles Gaston Granger d’Aix-Marseille Université sur la thématique de la pensée critique

30/05/22 – 61 la Canebière
LES DICTIONNAIRES EXISTENT… ET ÉVOLUENT
Núria GALA & Médéric GASQUET-CYRUS– Langage

Les dictionnaires existent… et évoluent. Mais, sont-ils voués à disparaître ?

En quatre siècles d’histoire, l’objet dictionnaire s’est adapté aux besoins et aux courants idéologiques des époques. L’avènement de l’informatique a bouleversé non seulement les méthodes de création mais aussi l’usage que chacun en fait. Si les artisans du XVIIe siècle consacraient une vie entière à la construction d’un dictionnaire, ce sont aujourd’hui des employés des grandes maisons d’édition qui s’appuient sur des outils d’ingénierie linguistique. Côté usager, quelles possibilités nouvelles offre la technologie du XXIe siècle ? Y aura-t-il encore des dictionnaires dans le futur ?

Nuria Gala Maître de conférence Aix-Marseille Université Enseignante-chercheur en Sciences du Langage Co-responsable de l’axe scientifique Cognition et Langage, Institut Carnot Cognition

Médéric Gasquet-Cyrus Maître de conférences au Département des Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) et chercheur au Laboratoire Parole et Langage (UMR 7309 CNRS)

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

28/05/22 – Société des Architectes _ 130 av du Prado – de 16h à 18h
LES TREIZE PILLARDS
Juan BRANCO

CHANGEMENT D’ADRESSE

On se retrouve à la Société des architectes _ 130 av du Prado – de 16h à 18h.

LES TREIZE PILLARDS
Petit précis de la macronie

Treize pillards

« Ces êtres ne sont pas corrompus : ils sont la corruption », écrivait Juan Branco dans son best-seller Crépuscule. Dans Treize pillards, il donne la synthèse la plus accessible possible des corruptions politiques de nos dirigeants, Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Xavier Niel, Benjamin Griveaux, Gabriel Attal, Arnaud Lagardère, Bruno Roger-Petit, Anne Lauvergeon, Thierry Breton, Martin Hirsch, Fabrice Fries… En treize chapitres explosifs, il expose les manipulations et l’avidité de ceux qui nous gouvernent.

Une plongée sidérante dans le revers de notre démocratie.

Juan BRANCO est né en 1989 à Estepona, en Andalousie. Élève à l’école Alsacienne, diplômé à Science-Po Paris puis à l’ENS en droit et en philosophie, il est aujourd’hui avocat et conseiller juridique, notamment de WikiLeaks et de Julian Assange. Il est l’auteur au Diable vauvert de Crépuscule, vendu à plus de 100 000 exemplaires, La République ne vous appartient pas : Discours à Polytechnique, Abattre l’ennemi et Treize pillards.

Publications

    Réponses à Hadopi, suivi d'un entretien avec Jean-Luc Godard, Paris, Capricci, 2011133.
    De l'affaire Katanga au contrat social global : un regard sur la Cour pénale internationale, Paris, Institut universitaire Varenne, 2015134.
    L'Ordre et le Monde : critique de la Cour pénale internationale, Paris, Fayard, 2016135.
    D'après une image de Daesh, Paris, Éditions Lignes, 2017136.
    Contre Macron, Paris, Éditions Divergences, 2019137.
    Crépuscule, Paris, Au diable vauvert, 2019138.
    Assange - l'antisouverain, Paris, Éditions du Cerf, 2020, 493 p. (ISBN 978-2204133074)139.
    La République ne vous appartient pas : Discours à polytechnique, Paris, Au diable vauvert, 2020, 110 p. (ISBN 979-10-307-0379-5)
    Abattre l'ennemi, Éditions Michel Lafon, 2021140.
    Treize pillards, Paris, Au diable vauvert, 2022, 112 p. (ISBN 979-10-307-0507-2)
    Luttes, Michel Lafon, 2022.