Archives de catégorie : Économie

25/03/24 – Mairie 1&7 – 61 La Canebière
POLITIQUES ÉCONOMIQUES EUROPÉENNES
Bernard TABUTEAU – Économie

Les crises, sanitaire et économique, puis le conflit ukrainien ont conduit les Etats de l’Union Européenne (UE) à renoncer aux politiques restrictives de la décennie 2010. Un tournant dans les politiques économiques a été initié comme en témoignent, entre autres, le plan de relance de juillet 2020, la fixation d’objectifs écologiques et énergétiques ambitieux…Ce tournant reste à confirmer et approfondir si on veut répondre aux enjeux écologiques, sociaux, industriels auxquels sont confrontés les Etats de l’UE. Une impulsion politique coordonnée est donc nécessaire. Est-elle possible ? A quelles conditions ?

Bernard TABUTEAU. Docteur en économie, administrateur INSEE. Chercheur en sciences sociales, ancien secrétaire général du CEREQ, a enseigné à l’Université d’Aix-Marseille.

18/03/24 – Société des Architectes – 130 av du Prado
L’enjeu écologique et social

« L’enjeu écologique et social, un défi pour les politiques économiques européennes »

Les crises, sanitaire et économique, puis le conflit ukrainien ont conduit les Etats de l’Union Européenne (UE) à renoncer aux politiques restrictives de la décennie 2010. Un tournant dans les politiques économiques a été initié comme en témoignent, entre autres, le plan de relance de juillet 2020, la fixation d’objectifs écologiques et énergétiques ambitieux…Ce tournant reste à confirmer et approfondir si on veut répondre aux enjeux écologiques, sociaux, industriels auxquels sont confrontés les Etats de l’UE. Une impulsion politique coordonnée est donc nécessaire. Est-elle possible? A quelles conditions?

Bernard TABUTEAU Docteur en économie, administrateur INSEE. Chercheur en sciences sociales, ancien secrétaire général du CEREQ, a enseigné à l’Université d’Aix-Marseille.

29/01/24 – Mairie 1&7 – 61 La Canebière
Encore un effort pour l’égalité des chances
Alain TRANNOY – Économie

Tout le monde a-t-il autant de chance de réussir à l’école ? Alors qu’un certain consensus existe autour des inégalités provoquées par les différences sociales, une équipe de chercheurs explique que l’effort de chaque élève serait sous-estimé dans l’explication des résultats scolaires. Si les politiques de lutte contre les inégalités scolaires ont émergé en France à partir des années 2000, les réflexions autour du sujet datent, elles, d’une trentaine d’années. Entre philosophie, sociologie et économie, la notion est complexe à saisir et à mesurer.

Alain Trannoy est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), membre d’Aix-Marseille School of Economics (AMSE). Il s’intéresse à l’économie publique et travaille sur les questions d’inégalités.

Si vous voulez en savoir plus :
https://www.dialogueseconomiques.fr/article/encore-un-effort-pour-legalite-des-chances

04/12/23 – Mairie 1&7 – 61 La Canebière
TRANSPORT DE MARCHANDISES : CARGOS À VOILE ?
Christiaan De BEUKELAER– Économie

REPENSER LE TRANSPORT DE MARCHANDISES : CARGO À VOILE ? 

« En 2020, Christiaan De Beukelaer a passé 150 jours en mer et parcouru 14 000 milles à bord de l’Avontuur, un voilier-cargo centenaire qui transporte des marchandises à travers l’océan Atlantique. En embarquant à Santa Cruz de Tenerife, il voulait comprendre la réalité de cette alternative méconnue à l’industrie maritime sur laquelle repose notre économie mondiale et qui contribue à plus d’émissions de carbone que l’aviation. Ce qui a démarré comme un travail de terrain de trois semaines s’est transformé en un voyage de cinq mois : la pandémie de Covid-19 a forcé la fermeture de toutes les frontières lors de la traversée de l’océan, empêchant l’équipage de débarquer où que ce soit.” 
Cette aventure nous invite à poser la question : est-ce que le transport à voile offre une véritable solution pour décarbonater le transport maritime ?” 

Continuer la lecture de 04/12/23 – Mairie 1&7 – 61 La Canebière
TRANSPORT DE MARCHANDISES : CARGOS À VOILE ?
Christiaan De BEUKELAER– Économie

20/11/23 – Mairie 1&7 – 61 La Canebière
SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES
Charles FIGUIÈRES – Économie

SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES, JUSTICE ENVIRONNEMENTALE ET ACCEPTABILITÉ.

Le 20ème siècle a vu l'émergence d'une conscience environnementale, sous diverses formes. Le souci pour les services écosystémiques - contributions directes et indirectes des écosystèmes au bien être humain - en est une. De nombreux enjeux de société qui l'accompagnent peuvent se résumer à l'expression "justice environnementale". 

A travers le cas des écosystèmes lagunaires du sud de la France, l'exposé présentera des résultats récents et des réponses précises à des questions comme : 
1) Quelles sont les inégalités environnementales et comment sont-elles perçues par les parties prenantes ? 
2) Quels sont les principes de justice privilégiés par les citoyens en rapport avec la protection de la nature ?, 
3) Une politique de protection de la nature est elle d'autant mieux acceptée qu'elle est perçue comme juste ?

Charles FIGUIÈRES Professeur de sciences économiques, Aix-Marseille Université, AMSE

16/10//23 – Maison des Architectes – 130 av. du Prado
QU’EST-CE QUE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ?
Nicolas GRAVEL – Économie

L’intérêt général – utilisé notamment par le président Macron pour justifier sa controversée réforme des retraites – est un point de référence obligé de toute évaluation de politique. Au cours de cette présentation, nous allons examiner l’origine, qui remonte aux philosophes grecs antiques comme Epicure, et les difficultés conceptuelles que revêt cette notion fondamentale, mais souvent dévoyée. Le point d’ancrage de cet examen sera la découverte, faite par Kenneth Arrow dans le prolongement – lointain – des intuitions de Condorcet au XVIIIe siècle, de la difficulté de proposer une conception de l’intérêt général faisant une « synthèse démocratique »  des intérêts particuliers.

Nicolas GRAVEL Enseignant-Chercheur Aix-Marseille Université Faculté d’économie et de gestion (FEG)

12/06/23 – Maison des Architectes – 130 av. du Prado
VERS UN REVENU DE BASE UNIVERSEL ?
Claude GAMEL – Économie

L’idée d’un revenu de base pour tous est régulièrement évoquée dans le débat public. Les objections qu’elle soulève (incitation à l’oisiveté, financement prohibitif) pourraient être surmontées, sous réserve d’une évolution radicale de l’actuel « État Providence » en « État pro-Liberté ». Une telle évolution de la protection sociale supposerait toutefois que le consensus de 1945 sur la « Sécurité sociale » puisse être réexaminé

Continuer la lecture de 12/06/23 – Maison des Architectes – 130 av. du Prado
VERS UN REVENU DE BASE UNIVERSEL ?
Claude GAMEL – Économie

22/05/23 –Maison des Architectes – 130 av. du Prado
LE DÉFI ÉCOLOGIQUE ET SOCIAL FACE AU CAPITALISME MONDIALISÉ 2/2
Bernard TABUTEAU – Économie

Le défi écologique et social face au capitalisme mondialisé

Une transition écologique, sociale, industrielle est à l’ordre du jour de la période historique présente. Elle vient se heurter au capitalisme actionnarial mondialisé, système qui s’est développé et consolidé à la faveur de la révolution néo-libérale des années 1980 et d’une démission des États.
Nous essaierons de décrire de la manière la plus précise les éléments constitutifs de cette opposition. Si la liberté du marché l’a emporté ces dernières décennies l’analyse historique nous enseigne que seul le retour du politique peut permettre un dépassement du capitalisme actionnarial mondialisé et, ce faisant, le traitement des défis écologiques, sociaux et industriels.

Bernard TABUTEAU

Docteur en économie, administrateur INSEE.
Chercheur en sciences sociales, ancien secrétaire général du CEREQ, a enseigné à l’Université d’Aix-Marseille.

15/05/23 –Maison des Architectes – 130 av. du Prado LE DÉFI ÉCOLOGIQUE ET SOCIAL FACE AU CAPITALISME MONDIALISÉ
Bernard TABUTEAU – Économie

Le défi écologique et social face au capitalisme mondialisé

Une transition écologique, sociale, industrielle est à l’ordre du jour de la période historique présente. Elle vient se heurter au capitalisme actionnarial mondialisé, système qui s’est développé et consolidé à la faveur de la révolution néo-libérale des années 1980 et d’une démission des États.
Nous essaierons de décrire de la manière la plus précise les éléments constitutifs de cette opposition. Si la liberté du marché l’a emporté ces dernières décennies l’analyse historique nous enseigne que seul le retour du politique peut permettre un dépassement du capitalisme actionnarial mondialisé et, ce faisant, le traitement des défis écologiques, sociaux et industriels.

Docteur en économie, administrateur INSEE.
Chercheur en sciences sociales, ancien secrétaire général du CEREQ, a enseigné à l’Université d’Aix-Marseille.

23/01/23 – 61 La Canebière
Liberté et propriété
Alain TRANNOY – Économie

Depuis la Révolution Française, la liberté signifie aussi la liberté de posséder et donc de posséder la terre et le bâti. La Révolution Française a ainsi sanctifié la notion de propriété privée qui est gravée dans le marbre dans la constitution. Pourtant, la propriété privée du sol ne va pas de soi parce que c’est une ressource naturelle. Alors que la terre urbaine est très chère et représente 1/3 de la richesse nationale, son appropriation privée soulève un certain nombre de difficultés qui seront développées dans l’exposé 

Alain Trannoy Directeur d’étude à l ‘École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Docteur d’État en Économie Président de l’Association Française de Sciences Économiques (AFSE) 2015-2016 Directeur de l’AMSE (Aix-Marseille School of Economics) 2011-2017 Membre du Conseil d’analyse économique (CAE) 2012-2016

05/12/22 – 61 La Canebière
LIBERTÉ DE LA CIRCULATION DES MARCHANDISES
Thierry LAMBERT – Économie

Les aspects fiscaux de la liberté de circulation des marchandises dans l’Union européenne

Depuis le traité de Rome il est acquis, que pour réaliser le Marché commun, il fallait que la liberté de circulation des marchandises, impliquant la suppression des frontières et la réalisation d’un marché intérieur, soit mise en oeuvre. Ce fut fait, en partie, au 1er janvier 1993 avec un système de TVA intracommunautaire, qui fait que les produits sont imposés non pas dans le pays de fabrication mais dans le pays où ils sont vendus. Le système vient de connaître une évolution notable, depuis le 1er juillet 2021, avec un lieu unique de déclaration pour les entreprises implantées dans différents pays de l’Union européenne. On vient enfin de réaliser, pleinement, le Marché commun.

Thierry LAMBERT
Professeur Aix-Marseille Université
Président de l'institut international des sciences fiscales (2iSF)
Rédacteur en chef de la "Revue européenne et internationale de droit fiscal" (Ed. Bruylant).
Dernier ouvrage "L'impôt dans une économie mondialisée" (Bruylant, 2021)

REGARDEZ

28/02/22 – 130 avenue du Prado
La croissance verte contre la nature
Hélène TORDJMAN – Économie

La croissance verte contre la nature – Critique de l’écologie marchande

Fabriquer de toutes pièces des micro-organismes n’ayant jamais existé pour leur faire produire de l’essence, du plastique, ou aFabriquer de toutes pièces des micro-organismes n’ayant jamais existé pour leur faire produire de l’essence, du plastique, ou absorber des marées noires ; donner un prix à la pollinisation, à la beauté d’un paysage ou à la séquestration du carbone par les forêts en espérant que les mécanismes de marché permettront de les protéger ; transformer l’information génétique de tous les êtres vivants en ressources productives et marchandes… Telles sont quelques-unes des « solutions » envisagées aujourd’hui sous la bannière de la transition écologique, du Pacte vert européen ou du Green New deal pour répondre tout à la fois à la crise climatique, au déclin de la biodiversité et à la dégradation de la biosphère. Ces « solutions » n’en sont pas et nous font au contraire poursuivre dans la voie mortifère dans laquelle nous sommes engagés. Refuser cette fuite en avant est le premier pas à faire pour tracer enfin une autre voie.

Hélène Tordjman est maître de conférences en économie à l’université Sorbonne Paris-Nord et membre du Centre de recherche en économie de Paris-Nord (CEPN, UMR-CNRS 7234).

La croissance verte contre la nature - Hélène Tordjman

La croissance verte contre la nature

13/12/21 – 61 la Canebière
Épidémies et économie mondiale
Gilles Dufrénot – Économie

Professeur de Sciences Économiques à Aix-Marseille Université et membre de l’École d’Économie de Marseille (AMSE). Il est également chercheur associé au CEPII. Il a été Professeur d’Économie aux Universités de Paris XII et de Savoie avant de rejoindre l’Université d’Aix-Marseille.

La mondialisation est-elle responsable des pandémies ? En ce cas, faut-il en défaire les fils tissés depuis plusieurs siècles ?
Depuis toujours, les routes commerciales ont coïncidé avec l’apparition, la disparition et la réémergence des nouveaux virus. Les évolutions de la mondialisation ont renforcé ces liens : la déforestation, l’agriculture intensive, la perturbation des cycles géologiques et géophysiques, le réchauffement climatique, ainsi que les atteintes à la biodiversité, animale et végétale, ont accru les risques sanitaires.

Diaporama projeté par Gilles Dufrénot

08/11/21
Esquisse d’un libéralisme soutenable
Claude Gamel – Économie

Claude Gamel, Professeur des Universités, Professeur d’économie à Aix-Marseille université (AMU) et membre du laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), il consacre ses recherches aux théories de la justice sociale et à leurs applications (protection sociale, éducation, droit, fiscalité). 

Prix « Grammaticakis-Neumann » de l’Académie des sciences morales et politiques (quai Conti) pour son ouvrage “Esquisse d’un libéralisme soutenable” publié chez les presses Universitaires de France, collection Génération Libre.

TRAVAUX ET PUBLICATIONS (1980-2021)
Ouvrages individuels
2021, Esquisse d’un libéralisme soutenable. Travail, capacités, revenu de base, P.U.F., collection « Génération Libre » (préface de G. Koenig),


Presses Universitaires de France

Esquisse d’un libéralisme soutenable.

Philosophie mal connue en France et souvent caricaturée, le libéralisme prend pourtant tout son sens par intégration de ses dimensions politique et économique. Un libéralisme socialement soutenable est alors possible, avec comme principe directeur la dispersion maximale du pouvoir. Si l’«ordre social spontané » de Hayek en est la toile de fond, les «principes de justice » de Rawls fournissent, une fois remaniés, les trois axes prioritaires d’une régulation moderne : travail choisi, capacités enrichies, revenu universel de base. En plaçant la pensée française au cœur des réflexions sur le libéralisme, en l’appliquant aux dossiers contemporains des données personnelles ou de l’environnement, Claude Gamel rend possible le renouvellement des débats et des politiques. C’est un véritable programme d’action qu’il propose, détaillant entre autres les modalités d’un contrat de travail unique, la nécessité de mieux partager les profits des entreprises ou encore la mise en œuvre progressive d’un revenu universel de base.
En mêlant culture philosophique et savoir économique, Claude Gamel nous livre ici le fruit d’une vie de réflexions, qui pourra servir de guide à de nouvelles générations d’intellectuels au service de la liberté.

11/10/21
UNE TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE ?
BERNARD TABUTEAU – ÉCONOMIE

Société des architectes

L’analyse des crises sanitaire et économique met à l’ordre du jour la nécessité d’une double transition écologique et sociale. Sa réussite implique des politiques monétaire et budgétaire en rupture avec les orientations passées tant au niveau France qu’à celui de l’Union Européenne. La politique monétaire de taux d’intérêt bas et la politique budgétaire de soutien à l’investissement doivent être considérées comme complémentaires.
La conclusion et le début de mise en oeuvre des plans de relance européen et français marquent-elles un tournant par rapport aux orientations des politiques économiques suivies ces dernières années ? Comment apprécier la question de la dette publique eu égard à l’objectif de double transition écologique et sociale ?

Docteur en économie, administrateur INSEE. Chercheur en sciences sociales, ancien secrétaire général du CEREQ, Bernard Tabuteau a enseigné à l’Université d Aix-Marseille.