21/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

2ème partie le 21/01 :

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Stéphane Rio

Les Utopistes

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Les principales œuvres de Charles Fourier :

Théorie des quatre mouvements, 1808

Le traité de l’association domestique et agricole, 1822

Le Nouveau monde industriel et sectaire ou invention du procédé d’industrie attrayante et naturelle distribuée en séries passionnées, 1829

Le nouveau monde amoureux, 1829 (publié intégralement en 1967)

Œuvres complètes, Les Presses du Réel, 2014

Bibliographie :

Mercklé, Pierre. « La « science sociale » de Charles Fourier », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 15, no. 2, 2006, pp. 69-88.

Riot-Sarcey . (sld), Dictionnaire des Utopies, Larousse, 2008.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Winock M., Les voix de la Liberté. Les écrivains engagés au XIXè siècle, Le Seuil, 2001.

Document 1 : THEORIE DES QUATRE MOUVEMENTS ET DES DESTINEES GENERALES, p. 21-24

“Annonce de la découverte ”[Combler la lacune]

« Il n’est que trop vrai! Depuis vingt-cinq siècles qu’existent les sciences politiques et morales, elles n’ont rien fait pour le bonheur de l’humanité; elles n’ont servi qu’à augmenter la malice humaine, en raison du perfectionnement des sciences réformatrices; elles n’ont abouti qu’à perpétuer l’indigence et les perfidies, qu’à reproduire les mêmes fléaux sous diverses formes. Après tant d’essais infructueux pour améliorer l’ordre social, il ne reste aux philosophes que la confusion et le désespoir. Le problème du bonheur public est un écueil insurmontable pour eux, et le seul aspect des indigents qui remplissent les cités ne montre-t-il pas que les torrents de lumières philosophiques ne sont que des torrents de ténèbres?….

Cependant une inquiétude universelle atteste que le genre humain n’est point encore arrivé au but où la nature veut le conduire, et cette inquiétude semble nous présager quelque grand événement qui changera notre sort.

Les nations, harassées par le malheur, s’attachent avidement à toute rêverie politique ou religieuse qui leur fait entrevoir une lueur de bien-être; elles ressemblent à un malade désespéré qui compte sur une miraculeuse guérison. Il semble que la nature souffle à l’oreille du genre humain qu’il est réservé à un bonheur dont il ignore les routes, et qu’une découverte merveilleuse viendra tout à coup dissiper les ténèbres de la civilisation. »

Document 2 : LE NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIETAIRE, p. 49-51

« Des trois buts de l’Attraction, et de ses douze ressorts ou passions principales

Jeu interne :

Chacun voudrait ménager, dans le jeu de ses passions, un équilibre tel que l’essor de chacune favorisât celui de toutes les autres; que l’ambition, l’amour n’entraînassent qu’à des liaisons utiles, et jamais aux duperies; que la gourmandise concourût à améliorer la santé au lieu de la compromettre; enfin, qu’on marchât toujours dans les voies de la fortune et de la santé, en se livrant aveuglément à ses passions. Cet équilibre, fondé sur l’abandon irréfléchi de la nature, est accordé aux animaux et refusé à l’homme civilisé, barbare et sauvage. La passion conduit l’animal à son bien, et l’homme à sa perte.

Aussi l’homme, dans l’état actuel, est-il en état de guerre avec lui-même. Ses passions s’entrechoquent; l’ambition contrarie l’amour, la paternité contrarie l’amitié, et ainsi de chacune des douze.

De là naît la science nommée MORALE, qui prétend la réprimer; mais réprimer n’est pas mécaniser, harmoniser ; le but est d’arriver au mécanisme spontané des passions, sans en réprimer aucune. Dieu serait absurde, s’il eût donné à notre âme des ressorts inutiles ou nuisibles.

Jeu externe:

Pour le régulariser, il faudrait que chaque individu, en ne suivant que son intérêt personnel, servît

constamment les intérêts de la masse. Le contraire a lieu: le mécanisme civilisé est une guerre de chaque individu contre la masse, un régime où chacun trouve son intérêt à duper le public; c’est la discorde externe des passions; il s’agit d’arriver à leur harmonie interne et externe, troisième but de l’attraction. Pour y atteindre, chacun a recours à la contrainte et impose à ses inférieurs des lois de sa façon, qu’il appelle saines doctrines. Le père de famille assujettit sa femme et ses enfants à un régime qu’il dit être la sagesse. Le seigneur fait adopter ses saines doctrines dans le canton où il domine; le magistrat , le ministre opèrent de même sur le pays qu’ils régissent. Une petite maîtresse veut régénérer toutes les toilettes par de saines doctrines sur le bon genre; un philosophe veut régénérer toutes les constitutions; un écolier veut, à coups de poing, faire observer ses saines doctrines dans les jeux enfantins. Chacun veut donc mettre les passions de la masse en harmonie coopérative avec les siennes; ainsi chacun tend à la mécanique externe des passions et se persuade qu’il fait le bonheur de ceux qu’il assujettit à ses caprices.

Chacun désire de même le mécanisme interne, qui mettrait ses passions en harmonie avec elles-mêmes. Il suit de là que le troisième but de l’attraction est le mécanisme interne et externe des passions. »

Document 3 : Le phalanstère :

Gravure parue dans Le nouveau monde industriel et sociétaire, édition de 1845.

Document 4 : le familistère de Guise :

Image réalisée par Au fil de l’Aisne. Blog

Plan, années 1880.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.