28/06/21
La Race tue deux fois
Rachida Brahim – Sociologie

Racisme structurel
Le cas des crimes racistes dans la France contemporaine (1970-2000)
Entre août et décembre 1973, suite à un drame au cours duquel un Algérien a tué un chauffeur de bus, une vague de crimes racistes a eu lieu dans la région marseillaise. En l’espace de trois mois on relève dix-morts et une cinquantaine d’agressions. A partir d’archives émanant d’associations, de la presse, des services du ministère de l’Intérieur, de la Justice et du Parlement, Rachida Brahim a étudié cette épisode et recueilli 731 cas de crimes racistes dénoncés entre les années 70 et 2000. Dans l’écrasante majorité des cas, ces crimes ont été soldés par des non-lieux, des acquittements ou des peines légères avec sursis. Pour comprendre le traitement de ces violences, nous reviendrons sur différentes affaires, retracerons la carrière juridique du mobile raciste et mobiliserons la notion de racisme structurel pour envisager le racisme non plus seulement comme une affaire de violences interpersonnelles, mais comme un dispositif politique et institutionnel qui permet d’inférioriser et de laisser mourir certains d’entre nous.
Rachida Brahim
Sociologue au Centre de ressources et de recherches cliniques sur les migrations ACT et chercheure associée au laboratoire mixte international de recherche MOVIDA (Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéennes et subsahariennes) d’Aix-Marseille Université.
Ses travaux portent sur l’histoire post-coloniale, les phénomènes de violence et les principes de justice sociale.
Principales publications : 
 La race tue deux fois. Une histoire des crimes racistes en France, 1970-2000. Editions Syllepse, 2021.
 « La législation anti-raciste française, support d'un racisme structurel », Communications, 2020/2 (n° 107)
 « What about a sociology of ethnicity in France ? A foucaldian reading of racial violence », The American Sociologist, 48(3), juin 2017) 
 « “Nous exécrons le racisme” : contrôle migratoire et traitement des crimes racistes dans la France des années 70 », Cultures & Conflits, 107, novembre 2017
 « L’antiracisme politique de Mai 68, Marseille 1968-1983 », dans Marseille, années 68, sous la direction d’Olivier Fillieule et Isabelle Sommier (Presses de Sciences Po, 2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.