07/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Stéphane Rio*

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

1ère partie : Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

*Stéphane Rio est agrégé d'histoire
Doctorant à l'Université de Valenciennes
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

Marseille le lundi 7 janvier 2019

Stéphane Rio

Les Utopistes

Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

Les principales œuvres de C. H. de Saint-Simon :

Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, 1802

Catéchisme des industriels, 1823

Le Nouveau Christianisme, 1825

Œuvres complètes, 4 tomes, PUF, 2012

Bibliographie :

Prochasson C., Saint-Simon ou l’anti-Marx, Perrin, 2004

Musso P., Saint-Simon et le saint-simonisme, Coll. Que sais-je ?, PUF, 1999.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Document 1 : « La querelle des abeilles et des frelons », paru dans l’Organisateur, 1819.

« L’art de gouverner est devenu… la chose du monde la plus simple et la plus facile ; il se réduit à donner la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles à celle des deux grandes classes de frelons qui sert les vues du gouvernement avec le plus de zèle et de dévouement »

Document 2 : « La Parabole »,texte paru dans L’organisateur, 1819( publiée en 1832 par Olinde Rodrigues)

« Nous supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers physiciens, ses cinquante premiers chimistes, ses cinquante premiers physio­logistes, ses cinquante premiers mathématiciens, ses cinquante premiers poètes,(…)

Ses cinquante premiers mécaniciens, (…)

Ses cinquante premiers banquiers, ses deux cents premiers négociants, ses six cents premiers cultivateurs, ses cinquante premiers fabricants d’armes, ses cinquante premiers tanneurs (…)

Ses cinquante premiers maçons, ses cinquante premiers charpentiers, (…) faisant en tout trois mille premiers savants, artistes et artisans de France.

Comme ces hommes sont les Français les plus essentiellement produc­teurs, ceux qui donnent les produits les plus importants, ceux qui dirigent les travaux les plus utiles à la nation, et qui la rendent productive dans les sciences, dans les beaux-arts et dans les arts et métiers, ils sont réellement la fleur de la société française ; ils sont de tous les Français les plus utiles à leur pays, ceux qui lui procurent le plus de gloire, qui hâlent le plus sa civilisation ainsi que sa prospérité; la nation deviendrait un corps sans âme, à l’instant où elle les perdrait; elle tomberait immédiatement dans un état d’infériorité vis-à-vis des nations dont elle est aujourd’hui la rivale, et elle continuerait à rester subalterne à leur égard tant qu’elle n’aurait pas réparé celle perle, tant qu’il ne lui aurait pas repoussé une tête. Il faudrait à la France au moins une génération entière pour réparer ce malheur, car les hommes qui se distinguent dans les travaux d’une utilité positive sont de véritables anomalies, et la nature n’est pas prodigue d’anomalies, surtout de celles de celle espèce.

Passons à une autre supposition. Admettons que la France conserve tous les hommes de génie qu’elle possède dans les sciences, dans les beaux-arts, et dans les arts et métiers, mais qu’elle ait le malheur de perdre le même jour Monsieur, frère du roi, Monseigneur le duc d’Angoulême, Monseigneur le duc de Berry(…)

Qu’elle perde en même temps tous les grands officiers de la couronne, tous les ministres d’État (avec ou sans départements),(…), tous ses maréchaux, tous ses cardinaux(…), tous les préfets(…) et, en sus de cela, les dix mille propriétaires les plus riches parmi ceux qui vivent noble­ment.

Cet accident affligerait certainement les Français, parce qu’ils sont bons(…) Mais celle perte des trente mille indi­vidus réputés les plus importants de l’État, ne leur causerait de chagrin que sous un rapport purement sentimental, car il n’en résulterait aucun mal politique pour l’État.

D’abord pour la raison qu’il serait très facile de remplir les places qui seraient devenues vacantes ; il existe un grand nombre de Français en état d’exercer les fonctions de frère du roi aussi bien que de Monsieur; (…)

Les antichambres du château sont pleines de courtisans prêts à occuper les places de grands officiers de la couronne ; l’armée possède une grande quantité de militaires aussi bons capitaines que nos maréchaux actuels. Que de commis valent nos ministres d’État ! (…) Que de curés aussi capables que nos cardinaux, que nos archevêques, que nos évêques,(…) »

Document 3 : Le nouveau christianisme, 1825 :

« la grande opération morale, poétique et scientifique, qui doit déplacer le paradis terrestre et le transporter du passé dans l’avenir. Cette opération intellectuelle est la plus importante de toutes celles qui peuvent être faites ; elle est celle qui améliorera le plus directement le sort de la société en perfectionnant sa morale » (Opinions philosophiques, V, 82).

« La nouvelle organisation chrétienne déduira les institutions temporelles ainsi que les institutions spirituelles, du principe que tous les hommes doivent se conduire à l’égard les uns des autres comme des frères. Elle dirigera toutes les institutions de quelque nature qu’elles soient, vers l’amélioration du bien-être de la classe la plus pauvre » (Le Nouveau Christianisme, III, 113).

Document 4 : Doctrine de Saint-Simon, Exposition de 1829 (2è édition, Paris, 1830) :

« L’homme a jusqu’ici exploité l’homme. Maîtres, esclaves ; patricien, plébéien ; seigneurs, serfs ; propriétaires, fermiers ; oisifs et travailleurs… ; Association universelle, voilà notre avenir (…) l’homme n’exploite plus l’homme ; mais l’homme, associé à l’homme, exploite le monde livré à sa puissance (…) <tous les théoriciens politiques ont les yeux tournés vers le passé (… ; ils nous disent que le fils a toujours hérité de son père (…) ; mais l’humanité l’a proclamé par Jésus : Plus d’esclavage ! Par Saint-Simon, elle s’écrie : A chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres, plus d’héritage ! »

Document 5 : la communauté saint-simonienne 1828-1832:

Eau forte, La communauté de Ménilmontant, vers 1832.

Gravure, Prosper Enfantin, vers 1832.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.