Archives de catégorie : Histoire

17/06/19
Chanter dans la Grande guerre
Gérard Leidet et Marie-Noëlle Hôpital

La Première Guerre mondiale, on le sait, a marqué l’irruption de la guerre industrielle : tonnerres des canons, sifflements des obus, rugissements des avions saturent le paysage sonore. 
À ce bruit inouï, dont tous les récits témoignent, répond, à l’arrière-front et dans les camps de prisonniers, un « contre-bruit », comme un antidote à cette violence de guerre. Au son de divers instruments de musique (violons et mandolines de fortune, harmonicas, accordéons, etc.), les soldats retrouvent une « certaine joie de vivre ». La musique est au cœur des récréations combattantes : chansons de poilus, dont La Madelon va demeurer l’archétype, fanfares ou spectacles.

À l’arrière, la musique se joue lors des défilés militaires ou des concerts destinés à soutenir le moral de la nation tout entière. La créativité musicale s’exprime dans une floraison d’œuvres patriotiques, de musiques de deuil mais aussi dans les sonorités nouvelles du jazz apportées par les soldats américains. Au-delà du conflit, quand le fracas des armes se tait, sonneries aux morts, oraisons funèbres ou minutes de silence perpétuent la mémoire de la Grande Guerre.

Depuis l’avant-guerre, entre 1871 et 1914 (mais aussi « à l’arrière » pendant le conflit) la musique se joue lors des défilés militaires ou des concerts destinés à soutenir le moral de la nation tout entière. La création musicale s’exprime en grande partie dans une floraison d’œuvres patriotiques, mais aussi de chansons pacifistes, révolutionnaires et nationalistes.

Gérard Leidet et Marie-Noëlle Hôpital, membres de l’association PROMEMO revisiteront ce contexte historique et musical très singulier, à travers notamment l’audition de chants et la restitution des paroles de chansons de la période.

Au programme

1- Hommage aux Poilus – Le Régiment de Sambre et Meuse – Marche militaire

2-Marche lorraine

3- Ce que c’est qu’un drapeau:

4 BIS Chant patriotique « Le Clairon »

4- Gloire au 17ème

A 25 »… OU BIEN Le Clairon Deroulede Musique du 43ème R.I. de Lille Lieutenant Maurice Philibert

5- Lettre d’un socialo:

6- Beard; Verdun on ne passe pas:

8- La chanson de Craonne: M. Ogeret;

9- La Madelon:

OU BIEN, La Madelon – Version originale de 1917 – Marcelly

10- La butte rouge:

ou OGERET

29/04/19
LES FEMMES EN LUTTE
Renée Dray Bensousan

Conférence-débat avec Renée Dray Bensousan

Chercheuse-associée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Etudes d’histoire et de Sciences Politiques à Aix en Provence
Agrégée d’histoire, Docteure en histoire contemporaine
Présidente d’ARES (depuis 1999) Association de la recherche et l’enseignement de la shoah
Membre du comité scientifique du Mémorial des Milles

15/04/19
La créativité des femmes dans les Camps
Renée Dray Bensousan

La créativité des femmes dans les Camps

Transportées dans des wagons à bestiaux, dépouillées de leurs habits pour endosser des uniformes rayés trop grands ou trop petits, chaussées de galoches de taille inadaptée, privées de leur état civil pour n’être plus qu’un numéro, tatoué sur la peau, tondues…

Conférence-débat avec Renée Dray Bensousan

Chercheuse-associée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Etudes d’histoire et de Sciences Politiques à Aix en Provence
Agrégée d’histoire, Docteure en histoire contemporaine
Présidente d’ARES (depuis 1999) Association de la recherche et l’enseignement de la shoah

Membre du comité scientifique du Mémorial des Milles

21/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

2ème partie le 21/01 :

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Stéphane Rio

Les Utopistes

Charles Fourier : L’utopie de la liberté totale.

Les principales œuvres de Charles Fourier :

Théorie des quatre mouvements, 1808

Le traité de l’association domestique et agricole, 1822

Le Nouveau monde industriel et sectaire ou invention du procédé d’industrie attrayante et naturelle distribuée en séries passionnées, 1829

Le nouveau monde amoureux, 1829 (publié intégralement en 1967)

Œuvres complètes, Les Presses du Réel, 2014

Bibliographie :

Mercklé, Pierre. « La « science sociale » de Charles Fourier », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 15, no. 2, 2006, pp. 69-88.

Riot-Sarcey . (sld), Dictionnaire des Utopies, Larousse, 2008.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Winock M., Les voix de la Liberté. Les écrivains engagés au XIXè siècle, Le Seuil, 2001.

Document 1 : THEORIE DES QUATRE MOUVEMENTS ET DES DESTINEES GENERALES, p. 21-24

“Annonce de la découverte ”[Combler la lacune]

« Il n’est que trop vrai! Depuis vingt-cinq siècles qu’existent les sciences politiques et morales, elles n’ont rien fait pour le bonheur de l’humanité; elles n’ont servi qu’à augmenter la malice humaine, en raison du perfectionnement des sciences réformatrices; elles n’ont abouti qu’à perpétuer l’indigence et les perfidies, qu’à reproduire les mêmes fléaux sous diverses formes. Après tant d’essais infructueux pour améliorer l’ordre social, il ne reste aux philosophes que la confusion et le désespoir. Le problème du bonheur public est un écueil insurmontable pour eux, et le seul aspect des indigents qui remplissent les cités ne montre-t-il pas que les torrents de lumières philosophiques ne sont que des torrents de ténèbres?….

Cependant une inquiétude universelle atteste que le genre humain n’est point encore arrivé au but où la nature veut le conduire, et cette inquiétude semble nous présager quelque grand événement qui changera notre sort.

Les nations, harassées par le malheur, s’attachent avidement à toute rêverie politique ou religieuse qui leur fait entrevoir une lueur de bien-être; elles ressemblent à un malade désespéré qui compte sur une miraculeuse guérison. Il semble que la nature souffle à l’oreille du genre humain qu’il est réservé à un bonheur dont il ignore les routes, et qu’une découverte merveilleuse viendra tout à coup dissiper les ténèbres de la civilisation. »

Document 2 : LE NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIETAIRE, p. 49-51

« Des trois buts de l’Attraction, et de ses douze ressorts ou passions principales

Jeu interne :

Chacun voudrait ménager, dans le jeu de ses passions, un équilibre tel que l’essor de chacune favorisât celui de toutes les autres; que l’ambition, l’amour n’entraînassent qu’à des liaisons utiles, et jamais aux duperies; que la gourmandise concourût à améliorer la santé au lieu de la compromettre; enfin, qu’on marchât toujours dans les voies de la fortune et de la santé, en se livrant aveuglément à ses passions. Cet équilibre, fondé sur l’abandon irréfléchi de la nature, est accordé aux animaux et refusé à l’homme civilisé, barbare et sauvage. La passion conduit l’animal à son bien, et l’homme à sa perte.

Aussi l’homme, dans l’état actuel, est-il en état de guerre avec lui-même. Ses passions s’entrechoquent; l’ambition contrarie l’amour, la paternité contrarie l’amitié, et ainsi de chacune des douze.

De là naît la science nommée MORALE, qui prétend la réprimer; mais réprimer n’est pas mécaniser, harmoniser ; le but est d’arriver au mécanisme spontané des passions, sans en réprimer aucune. Dieu serait absurde, s’il eût donné à notre âme des ressorts inutiles ou nuisibles.

Jeu externe:

Pour le régulariser, il faudrait que chaque individu, en ne suivant que son intérêt personnel, servît

constamment les intérêts de la masse. Le contraire a lieu: le mécanisme civilisé est une guerre de chaque individu contre la masse, un régime où chacun trouve son intérêt à duper le public; c’est la discorde externe des passions; il s’agit d’arriver à leur harmonie interne et externe, troisième but de l’attraction. Pour y atteindre, chacun a recours à la contrainte et impose à ses inférieurs des lois de sa façon, qu’il appelle saines doctrines. Le père de famille assujettit sa femme et ses enfants à un régime qu’il dit être la sagesse. Le seigneur fait adopter ses saines doctrines dans le canton où il domine; le magistrat , le ministre opèrent de même sur le pays qu’ils régissent. Une petite maîtresse veut régénérer toutes les toilettes par de saines doctrines sur le bon genre; un philosophe veut régénérer toutes les constitutions; un écolier veut, à coups de poing, faire observer ses saines doctrines dans les jeux enfantins. Chacun veut donc mettre les passions de la masse en harmonie coopérative avec les siennes; ainsi chacun tend à la mécanique externe des passions et se persuade qu’il fait le bonheur de ceux qu’il assujettit à ses caprices.

Chacun désire de même le mécanisme interne, qui mettrait ses passions en harmonie avec elles-mêmes. Il suit de là que le troisième but de l’attraction est le mécanisme interne et externe des passions. »

Document 3 : Le phalanstère :

Gravure parue dans Le nouveau monde industriel et sociétaire, édition de 1845.

Document 4 : le familistère de Guise :

Image réalisée par Au fil de l’Aisne. Blog

Plan, années 1880.

07/01/19
Les Utopistes
Stéphane Rio

Stéphane Rio*

Le socialisme utopique : le temps des possibles.

La première moitié du XIXème siècle a vu se développer une véritable profusion de courants de pensée socialistes. Saint-Simon, Fourier, Owen, Cabet… La liste est longue de ces réformateurs sociaux qui font une critique féroce de la société de leur époque et explorent de nouvelles possibilités de la transformer.

1ère partie : Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

*Stéphane Rio est agrégé d'histoire
Doctorant à l'Université de Valenciennes
Professeur d’histoire et géographie à Marseille

Champs de recherche :
Les internationalismes face à la guerre et aux frontières
La place de l’immigration dans le débat politique français
L’analyse et la réflexion, remparts contre les extrêmes-droite
Réalités et dangers de l’extrême droite
Histoire des « Gauches » au XXème siècle

Marseille le lundi 7 janvier 2019

Stéphane Rio

Les Utopistes

Saint-Simon et les saint-simoniens : des bâtisseurs de la France moderne ?

Les principales œuvres de C. H. de Saint-Simon :

Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, 1802

Catéchisme des industriels, 1823

Le Nouveau Christianisme, 1825

Œuvres complètes, 4 tomes, PUF, 2012

Bibliographie :

Prochasson C., Saint-Simon ou l’anti-Marx, Perrin, 2004

Musso P., Saint-Simon et le saint-simonisme, Coll. Que sais-je ?, PUF, 1999.

Riot-Sarcey M., Le réel de l’utopie. Essai sur la politique au XIXè siècle, Albin Michel, 1998.

Riot-Sarcey M., Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXè siècle en France, La découverte, 2016.

Document 1 : « La querelle des abeilles et des frelons », paru dans l’Organisateur, 1819.

« L’art de gouverner est devenu… la chose du monde la plus simple et la plus facile ; il se réduit à donner la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles à celle des deux grandes classes de frelons qui sert les vues du gouvernement avec le plus de zèle et de dévouement »

Document 2 : « La Parabole »,texte paru dans L’organisateur, 1819( publiée en 1832 par Olinde Rodrigues)

« Nous supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers physiciens, ses cinquante premiers chimistes, ses cinquante premiers physio­logistes, ses cinquante premiers mathématiciens, ses cinquante premiers poètes,(…)

Ses cinquante premiers mécaniciens, (…)

Ses cinquante premiers banquiers, ses deux cents premiers négociants, ses six cents premiers cultivateurs, ses cinquante premiers fabricants d’armes, ses cinquante premiers tanneurs (…)

Ses cinquante premiers maçons, ses cinquante premiers charpentiers, (…) faisant en tout trois mille premiers savants, artistes et artisans de France.

Comme ces hommes sont les Français les plus essentiellement produc­teurs, ceux qui donnent les produits les plus importants, ceux qui dirigent les travaux les plus utiles à la nation, et qui la rendent productive dans les sciences, dans les beaux-arts et dans les arts et métiers, ils sont réellement la fleur de la société française ; ils sont de tous les Français les plus utiles à leur pays, ceux qui lui procurent le plus de gloire, qui hâlent le plus sa civilisation ainsi que sa prospérité; la nation deviendrait un corps sans âme, à l’instant où elle les perdrait; elle tomberait immédiatement dans un état d’infériorité vis-à-vis des nations dont elle est aujourd’hui la rivale, et elle continuerait à rester subalterne à leur égard tant qu’elle n’aurait pas réparé celle perle, tant qu’il ne lui aurait pas repoussé une tête. Il faudrait à la France au moins une génération entière pour réparer ce malheur, car les hommes qui se distinguent dans les travaux d’une utilité positive sont de véritables anomalies, et la nature n’est pas prodigue d’anomalies, surtout de celles de celle espèce.

Passons à une autre supposition. Admettons que la France conserve tous les hommes de génie qu’elle possède dans les sciences, dans les beaux-arts, et dans les arts et métiers, mais qu’elle ait le malheur de perdre le même jour Monsieur, frère du roi, Monseigneur le duc d’Angoulême, Monseigneur le duc de Berry(…)

Qu’elle perde en même temps tous les grands officiers de la couronne, tous les ministres d’État (avec ou sans départements),(…), tous ses maréchaux, tous ses cardinaux(…), tous les préfets(…) et, en sus de cela, les dix mille propriétaires les plus riches parmi ceux qui vivent noble­ment.

Cet accident affligerait certainement les Français, parce qu’ils sont bons(…) Mais celle perte des trente mille indi­vidus réputés les plus importants de l’État, ne leur causerait de chagrin que sous un rapport purement sentimental, car il n’en résulterait aucun mal politique pour l’État.

D’abord pour la raison qu’il serait très facile de remplir les places qui seraient devenues vacantes ; il existe un grand nombre de Français en état d’exercer les fonctions de frère du roi aussi bien que de Monsieur; (…)

Les antichambres du château sont pleines de courtisans prêts à occuper les places de grands officiers de la couronne ; l’armée possède une grande quantité de militaires aussi bons capitaines que nos maréchaux actuels. Que de commis valent nos ministres d’État ! (…) Que de curés aussi capables que nos cardinaux, que nos archevêques, que nos évêques,(…) »

Document 3 : Le nouveau christianisme, 1825 :

« la grande opération morale, poétique et scientifique, qui doit déplacer le paradis terrestre et le transporter du passé dans l’avenir. Cette opération intellectuelle est la plus importante de toutes celles qui peuvent être faites ; elle est celle qui améliorera le plus directement le sort de la société en perfectionnant sa morale » (Opinions philosophiques, V, 82).

« La nouvelle organisation chrétienne déduira les institutions temporelles ainsi que les institutions spirituelles, du principe que tous les hommes doivent se conduire à l’égard les uns des autres comme des frères. Elle dirigera toutes les institutions de quelque nature qu’elles soient, vers l’amélioration du bien-être de la classe la plus pauvre » (Le Nouveau Christianisme, III, 113).

Document 4 : Doctrine de Saint-Simon, Exposition de 1829 (2è édition, Paris, 1830) :

« L’homme a jusqu’ici exploité l’homme. Maîtres, esclaves ; patricien, plébéien ; seigneurs, serfs ; propriétaires, fermiers ; oisifs et travailleurs… ; Association universelle, voilà notre avenir (…) l’homme n’exploite plus l’homme ; mais l’homme, associé à l’homme, exploite le monde livré à sa puissance (…) <tous les théoriciens politiques ont les yeux tournés vers le passé (… ; ils nous disent que le fils a toujours hérité de son père (…) ; mais l’humanité l’a proclamé par Jésus : Plus d’esclavage ! Par Saint-Simon, elle s’écrie : A chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres, plus d’héritage ! »

Document 5 : la communauté saint-simonienne 1828-1832:

Eau forte, La communauté de Ménilmontant, vers 1832.

Gravure, Prosper Enfantin, vers 1832.

 

17/12/18
Histoire de la colonisation française
Olivier Luciani

dav

Olivier Luciani

Histoire de la colonisation française : « La plus grande France » (1914-1939)

L’entre-deux-guerres est le temps de l’apogée colonial. Quel est alors le rôle de cet immense empire de 11 millions de km2 ? Au travers des interractions colonisateurs / colonisés, quelles empreintes la colonisation a-t-elle laissé parmi les sociétés et les territoires dominés mais également en métropole? Comment les remises en cause et les résistances se manifestent-elles ? Autant de questions qui invitent, au-delà des polémiques et des mémoires à vif, à revisiter un passé parfois douloureux.

Olivier Luciani est professeur agrégé d’histoire
Diplômé de Faculté de Lettres à Aix-en-Provence en 1994
Il est enseignant et chercheur spécialiste de l’histoire du XXème siècle.

10/12/18
Histoire de la colonisation française
Olivier Luciani

:

Olivier Luciani

Le temps des conquêtes (ca 1870-1914)

Pourquoi la France de la IIIème République s’est-elle lancée dans l’aventure coloniale ? La colonisation est un phénomène multifactoriel au terme duquel l’empire français s’étend du Maghreb au Levant, de l’Afrique à l’Asie. Au temps des conquêtes succède bientôt celui de la difficile organisation de ces territoires ultramarins.

Olivier Luciani est professeur agrégé d’histoireDiplômé de Faculté de Lettres à Aix-en-Provence en 1994.
Il est enseignant et chercheur spécialiste de l’histoire du XXème siècle.

05/11/18
Jésus est-il mort sur la croix ?
Frédéric Armand

Juriste et historien, Frédéric Armand poursuit des recherches essentiellement centrées sur les sujets du Haut Moyen Âge, des bourreaux et du mariage.

Il est notamment l’auteur de :

«  »Les bourreaux en France, du Moyen Âge à l’abolition de la peine de mort » » (Perrin, 2012) «  »Chilpéric 1er, petit-fils de Clovis et grand-père de Dagobert, le roi assassiné deux fois » » (La Louve, 2008).

«  »Jésus, est-il mort sur la croix ? Essai historique » » (Liber 2018)

    

GillesDorival

Gilles Dorival

Professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille (département des sciences de l’Antiquité)

– Ancien directeur et co-fondateur du Centre Paul-Albert Février

– Philologue

Contact : gilles.dorival@orange.fr

THÈMES DE RECHERCHE

- Histoire des traditions bibliques
- Bible grecque des Septante
- Patristique

Périodes : hellénistique (Septante), romaine (Pères de l’Eglise et traditions rabbiniques) / Plus ponctuellement : byzantine, Moyen Âge

****************************

PARCOURS ET RECHERCHES

Gilles Dorival a commencé à s’intéresser à l’histoire des religions et aux Pères grecs de l’Église dès sa première année à l’École normale supérieure de la rue d’ULM (1965-1966). Il s’initie alors à la patristique et pour mieux comprendre et interpréter les Pères et leur interprétation de la Bible il se met à l’hébreu.

Depuis quarante ans, il enquête sur les rapports entre la Bible hébraïque et les traductions grecques dont elle a fait l’objet. Il a également travaillé sur les traditions syriaques, latines, arméniennes, géorgiennes…, de la bible. Il est l’auteur avec Marguerite Harl et Olivier Munnich d’une introduction générale à « La Bible grecque des Septante », parue aux éditions du Cerf (1988, réédition en 1994). Il a également écrit, co-écrit ou dirigé 17 livres et plus de 170 articles.
L’ensemble des travaux de Gilles Dorival s’inscrit dans la lignée féconde des exégèses bibliques.

Gilles Dorival a par ailleurs occupé de nombreuses fonctions d’encadrement de la recherche et de l’enseignement supérieur, ainsi que des reponsabilités édiriorales au sein de maisons d’édition et de revues scientifiques. Il a été directeur du Centre Paul-Albert Février de 2001 à 2010 et membre senior de l’Institut universitaire de France (chaire « judaïsme hellénistique et christianisme ancien ») de 2000 à 2010.

Il co-dirige la collection « La Bible d’Alexandrie » (Éditions du Cerf), qui est une traduction annotée de la Septante. Dix-huit volumes sont à ce jour parus (2012).

Gilles Dorival est professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille et reste à ce titre, rattaché pleinement au CPAF ou il poursuit ses recherches sur les traditions d’interprétation de la bible.

 

GILLES DORIVAL – CURRICULUM VITAE

FrédéricArmand

 

Fréderic Armand

Juriste et historien, Frédéric Armand poursuit des recherches essentiellement centrées sur les sujets du Haut Moyen Âge, des bourreaux et du mariage.

Il est notamment l’auteur de

«  »Les bourreaux en France, du Moyen Âge à l’abolition de la peine de mort » » (Perrin, 2012)

et de

«  »Chilpéric 1er, petit-fils de Clovis et grand-père de Dagobert, le roi assassiné deux fois » » (La Louve, 2008).